Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !

vendredi 30 septembre 2022

Archaïté


Blason de Vauthiermont (Territoire de Belfort)

 

Prendre Dieu à témoin ne vaut rien dans ce monde
Qui ne croit pas davantage à Lui qu'au Diable,
Mettant sur un même niveau le sublime et l'immonde
Qui sont étalés pêle-mêle sur la même table.

Le bateau, qui n'a plus ni pilote ni boussole,
Se condamne lui-même au plus funeste destin.
De ce sombre horizon, les hommes se désolent,
Mais l'équipage ivre fait de piètres mutins.

« C'est la faute de l'autre et j'en suis la victime.
De m'en plaindre est mon droit le plus légitime. »
L'innocence est moins un état qu'une tentation.

Chacun des partis se prévaut d'une juste cause.
De fait, ce sont toujours deux raisons qui s'opposent,
Sans vouloir monter au point de conciliation.

* * *

Car après s'être joyeusement pourfendus,
L'un se retrouve tout nu et l'autre en culotte,
Sans qu'aucun à une raison ne se soit rendu,
Prêt à piquer encore si quelqu'un s'y refrotte.

Pourquoi se combattre au lieu de s'entendre ?
La paix est d'autant plus précieuse qu'elle est précaire.
Monter est plus difficile que de descendre,
Comme de se dissoudre plutôt que de s'abstraire.

Ce monde a toujours été une foire d'empoigne,
Les uns rouvrant les plaies que les autres soignent ;
Et ce siècle-ci est d'autant moins exemplaire

Qu'il était censée être plus civilisé.
Dans les faits, il est plutôt à s'archaïser
Et donc à hâter son destin crépusculaire.

Chroniques d'un monde finissant

mercredi 21 septembre 2022

L'été est fini


 
L'été incandescent nous fait sa révérence
En nous offrant ces fastes journées de septembre
Où la nature déverse sa corne d'abondance.
Comme semblent loin encore les brumes de novembre

Que les nuits précoces et longues rendent mélancoliques !
C'est tout en douceur que l'automne fait son entrée.
À la pâquerette d'avril succède la colchique
Qui saupoudre la prairie rase de touches pourprées.

Les pommes finissent de mûrir dans les vieux vergers
Et les citrouilles grossissent au fond des potagers.
Entends l'adieu à la saison d'une alouette

Et admire le vol tranquille du milan royal !
Une nuée de choucas tranche le ciel automnal
Poussant leur cri qui évoque celui des mouettes.


Histoires fromagères

mardi 20 septembre 2022

Du bon beurre


Le beurre s'obtient en barattant la crème du lait.
Ainsi, ce qui était liquide devient solide.
Cela se faisait après la traite, sans délai ;
Il ne fallait pas avoir la main trop placide.

Le lait de pâture dépasse celui d'étable
Et le beurre qu'on en tire est d'une belle couleur jaune.
L'autre, d'usine, paraît bien morne sur une table.
Celui de fabrication fermière le détrône.

Peut-être peut-on y voir une allégorie
Sur la manière d'élever l'enfant pour faire l'homme ?
Il ne s'agit pas de changer la poire en pomme

Mais de former le meilleur d'une catégorie.
Une bonne éducation doit être douce et ferme,
Et ce, avant que l'enfance n'atteigne son terme.


Histoires fromagères

vendredi 16 septembre 2022

Le fond une fois atteint

 

 Blason de Klein Rottmersleben (Saxe-Anhalt, Allemagne)


La France est arrivée à son niveau zéro
Et ce fond une fois atteint, la voilà qui creuse !
Ses orifices buccaux ne produisent que des rôts
Et la moindre de ses décisions est foireuse.

Mais elle se pique de plus belle de son pedigree
Et achève de dilapider son héritage,
N'ayant de cesse que d'avoir tout désintégré,
Avec aux commandes des pilotes de bas étage.

Son agriculture est en complète déshérence
Et son industrie est bradée aux mercanteux.
Tout sombre et divague sur les chemins d'errance.

Le déclin intellectuel, la chute morale
Et la corruption mènent vers les fonds crapoteux.
Tels sont ces temps de déliquescence générale.

Le Spectre à trois faces


vendredi 9 septembre 2022

Table de fête


Je me souviens des repas de fête d'autrefois,
Une époque qui semble aujourd'hui lointaine
Et dont, je l'avoue, j'ai la nostalgie parfois.
On servait dans des cruches l'eau tirée d'une fontaine

Et un vin très léger qui sentait le tonneau.
Souvent, la table était dressée dans la grange,
Un assemblage de planches posées sur des tréteaux.
Au temps des récoltes, des cueillettes et des vendanges,

On ne mangeait que des fruits issus du verger
Et les légumes provenaient tous du potager.
La basse-cour, quant à elle, fournissait la volaille.

Les produits étaient de terroir et de maison
Et l'on avait de quoi faire selon la saison.
Ces bons mets invitaient à de joyeuses ripailles.


Histoires fromagères

dimanche 4 septembre 2022

Considérations pompières

 

Blason de Tuulos(Kanta-Häme, Finlande)


Hier encore, on poussait à la consommation ;
Aujourd'hui, on veut revenir sur l'abondance.
La formule légère fait effet de sommation.
C'est le Bonhomme Rigueur qui entre dans la danse.

Sauf que ceux qui prétendent refréner cette ivresse
Sont loin d'être des modèles de sobriété,
Assurés, par ailleurs, d'avoir toujours bonne presse
Et de ne pas courir le Mont-de-piété.

« Faites ce que je dis, surtout pas ce que je fais ! »
Change-t-on une pomme en poire ? Personne ne se refait !
Chez ces gens-là, l'ascenseur n'est jamais en panne.

Certes, il faut cesser cet état d'ébriété
Qui est de ce système la claire propriété.
Mais peut-on confier l'extincteur au pyromane ?

Le Spectre à trois faces
 

vendredi 2 septembre 2022

Les deux chèvres


La chèvre n'est pas à foncer comme le bélier
Mais elle n'en est pas moins une bête portant la corne
Et qui gambade volontiers lors qu'elle est déliée.
Elle serait même du genre à dépasser les bornes.

L'on garde en mémoire l'histoire de ces deux chèvres *
Qui s'émancipèrent et devinrent des fugitives.
Parvenues sur les bords des eaux de la Sèvre,
Chacune de son côté voulut changer de rive.

Le pont n'étant pas assez large pour deux passants,
Aucune n'accorda à l'autre la préséance.
Comme nulle ne céda, le ton se fit menaçant.

Elles croisèrent les cornes ; pas question de reculer !
Mais voilà, toute dispute arrive à échéance
Et c'est de conserve qu'elles finirent par basculer !


Histoires fromagères
 

* Jean de La Fontaine, Les deux chèvres, Livre XII, fable 4 (1691)

Lire aussi

                          La chèvre                    La vache et la chèvre

Le broutteux



Non, le broutteux n'est pas un homme qui broute de l'herbe,
Même s'il peut avoir le caractère ruminant,
Plus enclin, dans ce sens, à remâcher du verbe. *
Ce terme, peu usité et plutôt surprenant,

Désignait autrefois un pousseur de brouette,
Plus précisément dans la région de Tourcoing.
Il ne vient ni du flamand, ni du pataouète
Mais d'un patois local qu'on parlait dans le coin.

Ce véhicule servait à transporter la laine
Qu'on allait livrer, une fois cardée, au proche bourg.
Le mot, qui se prête volontiers au calembour,

A fini par franchir les limites de la plaine
Pour aller s'infuser dans le bocage normand
Où les gens du cru l'adoptèrent, tout bonnement.


Histoires fromagères


* « Il y a deux sortes de ruminants : les bovidés, qui ruminent l'herbe, et les humains qui ruminent du verbe. » Jacques Sternberg, Dictionnaire des idées revues (Denoël 1985).

Rien ne sert de courir

 

L'homme moderne est pressé ; il a hâte d'arriver
Pour passer à autre chose. Il brûle les étapes,
Sans voir que les raccourcis le font dériver.
Le Diable tient une boutique de farces et attrapes.

Il y vend des horloges qui font gagner du temps
Et grâce auxquelles on ne perd pas une seule seconde,
Mais sans jamais en avoir une de reste, pourtant !
L'on veut, d'une enjambée, aller au bout du monde,

Jusqu'à confondre départ et destination,
De sorte à ne plus même changer de station.
Sans doute demain les voyages seront-ils statiques ?

Car les extrêmes se rejoignent. L'hypertrophie
S'achève et s'abîme platement dans l'atrophie,
Par une sorte de fatalité mathématique.


Histoires fromagères

jeudi 1 septembre 2022

Voies funestes

 

 Blason de Kanepi (Estonie)


Les voies de l'enfer, pavées de bonnes intentions,
Ne révèlent pas d'emblée leur direction funeste.
Aucun panneau jamais n'en fait la claire mention,
Pas plus qu'il n'y a de douane à l'entrée, du reste.

L'on se croyait monter, ce n'était qu'une descente.
La première porte de l'enfer est toujours fleurie.
Les stupéfiants donnent cette illusion stupéfiante.
Mais bientôt, en lieu et place d'un ange qui sourit,

C'est un démon cynique qui ouvre la seconde,
Disant : « Dépose ton âme avant de la franchir
Car elle est ici plus à noircir qu'à blanchir. »

Chaque génération qui advient croit que le monde
Est né avec elle, traitant l'ancien de ringard,
Avant d'afficher à son tour un air hagard.

Chroniques d'un monde finissant

lundi 29 août 2022

Sully

 
 On n'enseigne plus vraiment l'histoire à l'école
Devenue, comme on sait, la fabrique du crétin.
Mais cela vaut-il bien la peine qu'on s'en désole
Quand même le français classique passe pour du latin !

« Labourage et pâturage sont les deux mamelles
De la France. » Qui se souvient encore de ces mots ?
Ravagé par la plus funeste des querelles,
Le pays devait se relever de ses maux

Qui avaient alors épargné peu de régions.
C'est au lendemain de cette guerre des religions
Que Henri IV chargea Sully, son ministre,

De redonner une prospérité au royaume
Afin d'en chasser les démons et les fantômes
Dont la mémoire demeure à jamais sinistre.

* * *

L’Édit de Nantes devait réconcilier le monde
Et donner à chacun la liberté de foi.
Mais le Mal renaît et réveille la Bête immonde
Qui s'infiltre partout et fait feu de tout bois.

Car tout lui sert de combustible, les croyances
Autant que les idées, quelle qu'en soit la couleur.
La politique, l'économie et même la science
Deviennent ses montures pour répandre le malheur.

Ce ne sont jamais les bonnes raisons qui lui manquent,
Prête à les vêtir d'une caution morale, s'il faut.
Il est toujours, pour lui en prêter, quelque banque.

La République lança maintes conquêtes coloniales
Qu'elle n'hésitait pas à mener à coup de faux
Quand les peuplades du cru se montraient peu cordiales.


Histoires fromagères

vendredi 26 août 2022

Nouvel Ordre Mondial



Emblème de la 65th Air Base Wing (US Air Force)
 

Gouverner, disait-on autrefois, c'est prévoir.
Aujourd'hui, c'est très exactement le contraire,
D'autant qu'on ne se fait plus de rien un devoir
Car la tendance serait plutôt à l'arbitraire.

La loi du marché étant celle de la pulsion,
Il est fatal que tout autre droit l'embarrasse
Et lui inspire, à vrai dire, une telle répulsion,
Qu'elle n'a de cesse qu'on l'abroge et l'en débarrasse.

C'est à cette seule fin que les nations sont soumises
Et que les autorités locales sont démises,
Afin d'établir le Nouvel Ordre Mondial.

Les élections ne sont plus que des mascarades
Où le citoyen dupé se retrouve en rade
D'avoir prêté une substance au cérémonial.


Fin de règne

 

Blason de Eime (Basse-Saxe, Allemagne)


     Ma chère Mado, les événements se précipitent et le monde d'avant semble s'éloigner de plus en plus vers un passé révolu. Certes, la croisière s'amuse encore, si l'on en croit le remplissage des paquebots-buildings, mais le jouet est fêlé et les rires sont ceux des fins de règne. Souvenons-nous que l'euphorie de la Belle Époque s'est achevée dans la boucherie des tranchées et que la récidive des Années folles n'a eu d'autre avenir que dans la déflagration suivante. Mais l'ivresse continua de plus belle, jusqu'à fond de tonneau. Et c'est là que l'on touche la lie, que l'on est d'ailleurs en train de délayer, histoire d'entretenir l'illusion. Pourtant, le système qui nous a amenés à ce point ne se remettra jamais en cause, pour au moins deux raisons : d'abord parce qu'il est sorti de la vision exclusive d'un monde de finitude, n'ayant d'autre sens que son fonctionnement propre et son expansion perpétuelle ; d'autre part, parce que la masse, autant la minorité qui en profite que la majorité qui n'en profite que très peu, voire pas du tout, est comme verrouillée dans ce paradigme, sans ne plus pouvoir se projeter vers une autre réalité. C'est un enfermement total. Et c'est ainsi que le piège se referme.


« C'est la fin de l'abondance, la fête est finie.
Il faudra resserrer les cordons de la bourse. »
Exit le mythe de la croissance indéfinie !
Le système tout entier arrive à bout de course.

Ceux qui déjà tirèrent le diable par la queue
Sont donc invités à mieux serrer leur ceinture.
Serait-ce de la faute de ce Poutine belliqueux
Que les bien-pensants ne peuvent plus voir en peinture ?

Il fallut bien trouver un méchant de service,
Un bouc émissaire affligé de tous les vices,
Afin que puisse perdurer un monde inversé.

Voyons comme le camp du « bien » tremble sur ses bases,
Depuis les Montagnes Rocheuses jusqu'au Caucase,
Prêt, pour se maintenir, à tout bouleverser.

Le Spectre à trois faces


Fin stratagème



À l'origine, le camembert était boudé
Car les gens disaient qu'il puait comme des chaussettes.
Même les clochards n'en voulaient pas dans leur musette.
Lors, quiconque le proposait se faisait lourder.

Un certain crémier d'une rue marchande de Paris
Se trouva fort en peine d'écouler son fromage
Que menaçait une rapide et proche avarie,
Ce qui lui eût occasionné un grand dommage.

Il se dit que le produit manquait de réclame. 
Sachant que son destin se jouerait à Paname,
Il arpenta les rues avec un panier plein,

Se donnant l'air distrait afin qu'on lui en vole,
Dans l'espoir que sa consommation fît école.
Les mangeurs clandestins serviraient de tremplin.


Histoires fromagères
 

jeudi 25 août 2022

Hold-up

 

Blason de Massillargues-Attuech (Gard, Occitanie)

D’azur, à la main dextre d’argent, tenant une massue d’or.

À force de mener une vie futile et d'ivresse,
On a laissé des fous s'emparer du pouvoir.
Ils ont érigé l'État en vraie forteresse,
Demandant aux citoyens d'aller se faire voir.

S'il leur prenait de râler, un coup de matraque
Et un peu de gaz les fera rentrer chez eux.
Certes, il en est toujours dans le lot qui se braquent,
Mais il n'y a rien à craindre de quelques gueux

Dès lors que l'on tient les médias et la justice
Qui sait y faire pour qu'aucune affaire n'aboutisse.
Ils peuvent sans complexe chanter la démocratie

Et faire le plus ouvertement du monde l'inverse
Quand l'opposition n'est qu'apparemment adverse
Car inféodée à la même technocratie.

Le Spectre à trois faces
 

Qui ne dit mot consent.

mercredi 24 août 2022

La vache bleue

 Quelle idée de m'avoir appelée la vache bleue !
C'est à croire qu'ils ont l'imagination en panne !
L'on va penser que je suis tout moisie, parbleu !
Je connais plus d'une congénère qui en ricane.

Nous avons déjà la vache violette du Doubs *
Qui est cause de confusion sur la marchandise,
Vu que l'on associe la couleur à un goût.
Je crains qu'avec moi il y ait la même méprise,

Du genre, avec mon lait on fait la fourme d'Ambert,
Voire le bleu d'Auvergne ou celui de la Bresse.
Que nenni, je suis bien une vache à camembert !

Bon, si c'est pour me mieux distinguer, je veux bien,
D'autant que je ne suis pas une mauvaise bougresse.
Mais j'ai ma susceptibilité, ô combien !


Histoires fromagères

Tour de roue (3)

 

Blason de Sorbon (Ardennes, Champagne-Ardenne)


Nous voici à vivre le crépuscule du monde
Et c'est déjà en soi-même un sacré destin !
Le Cycle est enfin à achever sa ronde
Car le paroxysme de la chute est atteint.

Cela dépassera tout ce qu'on conjecture
Et échappera à tous les discours diffus.
Nous avons déjà passé le point de rupture
Et les esprits n'ont jamais été si confus.

Très peu ont le recul et le discernement
Pour avoir une lecture claire des événements.
Surtout, qui ne soit pas purement linéaire.

Bien peu résisteront au rouleau compresseur,
Préférant se soumettre au pouvoir oppresseur
Qui veut violer jusqu'au dernier sanctuaire.

 

Lire aussi

Tour de roue (1)   Tour de roue (2)   La roue tourne, implacable

Poil de Carotte

 
Poil de Carotte, comme son nom l'indique, était roux,
Un état qui lui a valu bien des misères,
Devant essuyer d'une mère l'incessant courroux,
La femme étant à son égard une vraie mégère.

Ses sœurs lui faisaient subir mille humiliations
Et de son père il n'a connu que l'indifférence.
Tant de désamour et de discrimination
Avaient stigmatisé une simple différence

Mais qui en ces temps était encore mal perçue
Et tenue pour un accident de la nature.
D'où la honte d'avoir une telle progéniture

Qui passait difficilement inaperçue.
Privé de l'affection la plus élémentaire,
Poil de Carotte menait sa vie en solitaire.


Histoires fromagères
 
 

Champ et perspective


Il n'est pas une personne de trop sur cette planète,
Ce serait croire que nous sommes là fortuitement.
Si la démographie exponentielle inquiète,
C'est en premier lieu par son côté fourmillement

Et des densités trop fortes dans certaines régions,
Ce qui produit cet effet concentrationnaire
Qui aggrave, en fait, les problèmes de cohésion.
Et c'est l'un des grands défis de ce millénaire

Que de redonner du champ et une perspective
À une situation autrement explosive.
C'est là un effet pervers du globalisme

Que de polariser de manière excessive
Une économie devenue trop compulsive
Où s'exacerbent les individualismes.


Histoires fromagères

mardi 23 août 2022

Les vieux tacots

  Étiquette de fromage Mese Budapesti Tejipari Vallalat (Hongrie)

 

D'une certaine façon, les vieux tacots d'une époque
Avaient plus fière allure que les caisses d'aujourd'hui,
Même si certains avaient une apparence loufoque.
À côté, les voitures modernes inspirent l'ennui,

D'autant qu'elles ont fini par se ressembler toutes.
En cela, elles sont bien à l'image de leur temps
Où la diversité est peu à peu dissoute.
Ce phénomène d'uniformité est patent

Et s'observe sur les choses autant que les personnes.
Partout, de plus en plus, c'est la même cloche qui sonne.
Même les trains ont l'air de suppositoires sur rail.

Le mauvais goût et la laideur font bon ménage,
Comme si les esprits avaient subi un clonage.
Le globalisme ne fait pas dans le détail.


Histoires fromagères

lundi 22 août 2022

Fromage de poule

 
Mais que vient donc faire une poule sur une étiquette ?
Peut-être s'y est-elle simplement égarée...
Pour un peu, on croirait l'entendre qui caquette,
Refusant, on la comprend, d'être code-barrée.

On cherche vainement le lien avec le fromage.
En alsacien, il en existe un, pourtant,
(Mais sans qu'il y ait un rapport avec le plumage) :
On traduit par 
« fromage de poule »* le fromage blanc !

Il est comme ça des curiosités linguistiques
Dont la traduction est parfois acrobatique.
Comme ici il s'agit de gouda hollandais,

La présence du gallinacé repose problème.
Nous n'avons pas trouvé le premier théorème
Qui nous eût appris à quoi cela répondait.


* Bibeleskaas

Histoire fromagères

Le roi Dagobert

 On racontait sur Dagobert bien des histoires
Dont l'une qu'il mit un jour ses culottes à l'envers.
C'est celle, du moins, qui est restée dans les mémoires
Car elle fut transmise par une chanson des trouvères.

Ce n'est pas une légende : le roi était myope
Et distrait, se prenant les pieds dans les tapis,
Trébuchant, sans même avoir forcé sur la chope.
On s'en amusait ? Il n'en eut aucun dépit

Car l'homme savait parfaitement rire de lui-même.
Du reste, il ne chômait guère, n'ayant pas la flemme
Comme l'auront ses successeurs, les rois fainéants.

Au cours de son règne, il fut souvent malade
Et guérit de la lèpre grâce à une baignade.
Ce fut un bon monarque, très pieux, point mécréant.


Histoires fromagères

Proche déconvenue

 

 

Blason de Mora (Dalécarlie, Suède)

 
La Terre est en train de changer de dimension
Et les hommes se tapent dessus dans leur bac à sable !
Il serait temps, enfin, qu'on les mette hors tension
Et que l'on fasse taire ces geignards pitoyables !

À vrai dire, ils sont en état d'ébriété, *
Chevauchant le vent et poursuivant les chimères ;
Satisfaits de rien quoique gavés à satiété ;
Voulant à tout prix pérenniser l'éphémère

Mais incapables de s'inscrire dans la Présence ;
Éclatés en mille raisons et mille démences ;
Se prosternant en masse devant le dieu cornu

Qui leur suce le cerveau autant qu'il leur vide l'âme
Et les absolvant d'office de leurs œuvres infâmes.
Seigneur, s'ils soupçonnaient leur proche déconvenue !

Le Spectre à trois faces



* « Jésus a dit : Je me suis tenu au milieu du monde et je me suis manifesté à eux dans la chair. Je les ai trouvés tous ivres. » (Évangile selon Thomas - Loggion 28) Que dirait-il aujourd'hui ?

dimanche 21 août 2022

S.O.S.


Blason de bad Aibling (Bavière, Allemagne)

 

Ô Chevalier d'En-haut et Chevaliers d'En-bas,
Que la Céleste Volonté vous réunisse
Car nous sommes ici dans le pire des embarras !
Veuille le Ciel qu'enfin les prophéties s'accomplissent !

Des pirates sans foi ni loi ont pris le Vaisseau
Et veulent mettre en esclavage tout l'équipage.
Ils ont tissé un rets à l'aide de leurs réseaux
Et se disposent à commettre l'ultime carnage.

Nous ne sommes que quelques bougres à résister
Et à lutter contre l'apathie de la masse.
La plupart des philosophes sont à la ramasse

Et les religions elles-mêmes se sont enchristées
Dans une incroyable docilité complice.
Il n'y a que de la vinasse dans leurs calices !

Le Spectre à trois faces


Convergence

 

Le canard artificiel de Vaucanson (1738)
 

En quelque sorte, l'Intelligence Artificielle,
Qui ne sera jamais qu'une singerie de Dieu,
Convergera avec la bêtise naturelle.
C'est d'ailleurs tout ce qu'elle peut espérer de mieux

En tant que produit abouti de l'Ignorance,
Celle de ses concepteurs qui pensent que l'Univers
N'est qu'une mécanique dépourvue du moindre sens.
Ces fous, qui déjà mettent tout l'endroit à l'envers,

De sorte à ce que le monde marche sur la tête,
Croient pouvoir prendre le Vaisseau impunément,
Sous prétexte d'avoir de la masse l'agrément,

Cette quantité qui n'oublie jamais d'être bête
Et qui ne tombera des nues que bien trop tard,
Ayant, du reste, déjà plusieurs trains de retard.

Le Spectre à trois faces


Considérations complotistes (2)

 

Blason de la Launch Enterprise Directorate (États-Unis)

 

Comme il n'y a pas de fumée sans feu, de même,
Il n'y a pas de complotistes sans complot.
L'on jette un peu trop facilement l'anathème
Sur ceux qui doutent et qu'on met tous dans le même lot.

Car il faudrait croire que les dirigeants nous aiment
Et qu'ils sont les bienfaiteurs de l'humanité ?
Qu'à travers toutes leurs guerres, c'est la paix que l'on sème ?
Que l'on surveille les gens pour leur sécurité ?

Que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ?
Que si les riches s'assoient autour d'une table ronde,
Ce n'est pas pour comploter contre les nations

Mais pour répartir plus justement les richesses ?
Faire foin, donc, de l'idée d'une économie ogresse
Qui plongerait les hommes dans leurs plus viles passions ?

Le Spectre à trois faces