Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


vendredi 29 juillet 2016

Paréage

Blason de Belleneuve (Côte-d'Or, Bourgogne)

Sur le chemin qui menait à une closerie,
Le ciel profond brillant d'une clarté opaline,
Trois cailloux blancs eurent cette causerie :
– J'aurais toujours aimé être une cornaline,

Ainsi j'éloignerais la tristesse et la peur.
Le second se voyait plutôt en pierre de lune
Qu'une dame eût portée en collier sur son cœur.
Le troisième, cependant, trouvait sa bonne fortune

A n'être que ce qu'il était en cet instant :
Un tout petit caillou blanc serti dans la glaise.
– Mes amis, où serais-je qu'ici plus à mon aise ?

Dans les yeux du poète je suis gemme tout autant ;
Mille faveurs royales ne peuvent donner davantage ;
Nos âmes sont liées en ce noble paréage.

Marc
_____

D’azur semé de fleur de lys d'or, à trois cailloux

d'argent posés 2 et 1 en pointe et au soleil d'or en chef.

Voie héraldique : parti


Parti de gueules et d'azur.

L'épée frappe de haut en bas, en axe vertical,
Donnant deux parties de valeur équivalente ;
Dextre et senestre sont apposés en pal ;
Ici, le bouclier pare l'attaque pourfendante. 

Côté cœur, la couleur de senestre dira
La vertu que l'on tient en sa plus haute estime,
Et côté dextre de l'action qu'elle dictera ;
Deux meubles ou bien un seul brochant en abîme 

Compléteront l'écu de partition courante.
Parti est d'alliance entre des maisons parentes
Ou des vertus conjuguées, de même hauteur. 

Faire un bon parti, c'est trouver chacun son compte,
Celui du lien d'égalité que l'on escompte.
L'écu de parti est doublement protecteur. 

Marie-Louise

Maître Coq et Saint-Tropez, alias Torpes de Pise


Blason alternatif de Saint-Tropez

Caius Torpetius est né à Pise en Toscane ;
Officier de la garde personnelle de Néron,
Dont la folie a exploré toutes les arcanes,
Il était du patriciat romain le fleuron.

Converti au christianisme par Paul de Tarse,
L'empereur le contraint à abjurer sa foi ;
Il refuse ; son martyr manque de tourner en farce ;
Il perd sa tête posée sur un billot en bois.

Là où ça pèche : le corps déposé dans une barque
Laissée à la dérive, en compagnie d'un chien
Et d'un coq pour le dépecer... Ah ! les païens !

Associer de la sorte mon ancêtre de marque
À une infamante besogne de charognard !
Je les eusse bien envoyés ramer, ces bagnards !

_____

D'azur à la barque de gueules portant Torpes allongé au naturel, accosté à dextre d'un chien et à senestre d'un coq de pourpre et surmonté d'un ange d'argent volant au-dessus et portant une couronne d'or dans sa main dextre.

Blason de Saint-Tropez

D'azur à saint Tropez vêtu en pèlerin d'or, auréolé du même, tenant de sa main dextre une épée basse d'argent, le tout sur une terrasse aussi d'or chargée de l'inscription Saint-Tropez en lettres capitales de sable.

samedi 23 juillet 2016

L'Arbre d'Or

Blason de Buigny- l'Abbé (Somme)

Un Arbre chargé des plus étincelantes lumières
Un Arbre impressionnant par Sa douce Majesté
Dressé en sa toute subtilité, traversant les Âges
Visité par le vent léger de l’automne en secret
Impassible, devant les feuilles tapissant la Terre
Rayonnant des délicates grâces qui en font un Sage
L’écorce conviant les mains en un délicat toucher
Cet Arbre d’Or, sentit son Regard précieux le caresser
Un regard perdu en un songe, les yeux langoureux
Hébété devant La Beauté qui l’étreint, furtif sanglot
Une secousse de l’imperceptible émotion tel un timide vœu
Depuis son cœur, Isis s’anéantit et devient cet arbre si beau
Elle est l’instant suspendu, Les yeux noyés en L’Invisible
Son âme se laisse absorber par la troublante intensité
Est-elle Lui, ou bien est-ce Lui en cette profondeur sensible?
Ô puissance des yeux qui se fondent en L’Immensité
Les battements d’un cœur qui ne cesse d’aimer L’Insoupçonné
Isis pleure d’Amour pour Sa poignante Beauté, L’Arbre s’émeut
Il fait entrer l’enfant en son Intimité, lui ouvre la Porte des Secrets
Isis s’entend appeler, L’Arbre se met à parler: » Viens mon Amie,
Aujourd’hui, toute la forêt est en fête, tu es la bienvenue
Viens, Isis, il est une clairière qui accueille les cœurs éblouis
Viens dans le secret des pas innocents, ceux qui effleurent le sol, nus
Viens, Isis, C’est ici que débute ton Périple, le Retour vers L’Origine
Viens Isis, c’est ici qu’est la vraie vie, en cette vive Alchimie, loin de toutes ruines. »

Naïla

L'Arbre d'or d'Héraldie

Blason de Marclopt (Loire, Rhône-Alpes)

Il se trouve, tout au bout du jardin d'Héraldie,
 Un arbre d'or dont les racines boivent en eau profonde ;
Il est assez proche de celui du Paradis
Et porte des fruits à la forme parfaitement ronde.

Ses feuilles lancéolées sont baignées de soleil
Dont elles répandent la chaleur et l'éblouissance ;
L'on dit que bues en infusion, elles donnent l'éveil
Et emplissent l'âme de la plus étrange réjouissance.

Lors, quand Maître Héron a le moral en berne,
Il s'en fait breuvage ; le monde lui semble moins terne
A porter sur la vie un regard lumineux.

« Dame Nature a gentiment pourvu à toutes choses ;
Un jour, je lui offrirai un bouquet de roses ;
Il me semble l'aimer d'un amour onduleux. »

_____

Tranché ondé de sinople à l’orme d’or soutenu d’un besant du même et d’azur à l’aigrette d’argent tenant dans son bec une feuille d’orme d’or; au filet en bande ondé d’argent brochant sur la partition.

Maître Coq en son Cocorico

Blason de Saint-Pierre-de-Vassols

Champ de gueules symbolise les vertus cardinales :
Sagesse, pour discerner le véritable bien ;
Tempérance, qui contre nos instincts nous contient ;
Courage, qui nous donne fermeté et force morale ;

Justice, qu'inspire et gouverne l'esprit d'équité.
Quant aux vertus mondaines, j'en fais ma bonne affaire :
Fureur, noblesse, hardiesse et magnanimité ;
Aussi, malheur à qui dans mes ergots s'enferre !

L'on se dit : « Le voici bien d'emphase, Maître Coq.
D'où se croit-il ? Son poulailler n'est qu'une bicoque ! 
Il fait bien le fier à chanter son cocorico ! »

Justement, mon chant demeure dans toutes les oreilles ;
En celles d'un apôtre, il vibra lors d'une veille ;
Dès que quelqu'un renie, l'on entend son écho. *

_____

De gueules au coq perché sur une clef posée en fasce, le tout d'or.

_____

* Seigneur, lui dit Pierre, je suis prêt à aller avec toi et en prison et à la mort.
Et Jésus dit: Pierre, je te le dis, le coq ne chantera pas aujourd'hui que tu n'aies nié trois fois de me connaître.


(luc 22:54-62)

Après avoir saisi Jésus, ils l'emmenèrent, et le conduisirent dans la maison du souverain sacrificateur. Pierre suivait de loin. Ils allumèrent du feu au milieu de la cour, et ils s'assirent. Pierre s'assit parmi eux. 

Une servante, qui le vit assis devant le feu, fixa sur lui les regards, et dit: Cet homme était aussi avec lui. 

Mais il le nia disant : Femme, je ne le connais pas. 

Peu après, un autre, l'ayant vu, dit: Tu es aussi de ces gens-là.
Et Pierre dit : Homme, je n'en suis pas. 

Environ une heure plus tard, un autre insistait, disant : Certainement cet homme était aussi avec lui, car il est Galiléen. 

Pierre répondit : Homme, je ne sais ce que tu dis. Au même instant, comme il parlait encore, le coq chanta.

Le Seigneur, s'étant retourné, regarda Pierre. Et Pierre se souvint de la parole que le Seigneur lui avait dite: Avant que le coq chante aujourd'hui, tu me renieras trois fois. 

Et étant sorti, il pleura amèrement.

vendredi 22 juillet 2016

Pèlerin de Lumière

Blason d'Abergement-la-Ronce (Jura, Franche-Comté)

Que peut servir d'avoir des pensées élevées
Si c'est pour mépriser les pieds dans la poussière
Du chemin ? Oui, à quoi bon des mains bien lavées
Si elles sont vides, sans nulle trace de terre nourricière ?

Le bâton qui donne l'axe, le regard droit devant,
C'est en cette croisée que toute Unité repose ;
Pèlerin, si tu tombes, que ce soit vers l'avant ;
Chaque épreuve est un feu qui purifie ta cause.

Elle n'est point noble par les idées qui l'ornent,
Mais par l'Amour que nulle condition ne borne.
Chemin des étoiles tracé depuis l'Origine

En ton âme pérégrine ; c'est ainsi, la Lumière
Cherche la Lumière ; en ton coeur, telle une rose trémière,
Eclosent plus de fleurs qu'en l'Eden l'on imagine.

Marc
_____

D'azur à un mont mouvant de la pointe chargé d'une
branche de ronce et surmonté d'un pèlerin passant d'argent.

Le Cousin Germain

Blasons de Pélussin (Loire) et de Ottenbach (Suisse)

Quand Maître Coq rencontra son Cousin Germain,
Quelque part dans le département de la Loire,
L'ayant salué, tous deux se mirent en chemin ;
L'on s'était avisé du manger et du boire

Car à marcher, l'estomac tombe dans les talons
Et pour peu que le soleil chauffe, la gourde se vide,
Avant même d'avoir parcouru tous les jalons ;
Lors, face à la soif, il faut rester impavide.

– Cher Cousin, l'on respire ici le meilleur air ;
À bien s'oxygéner, l'esprit devient disert
Et se prête à conférer sur n'importe quel thème.

– Tu dis vrai : la montagne donne de la hauteur
Autant que la forêt inspire la profondeur ,
Converser en marchant, il n'est rien tant que j'aime.

Le hibou et la chouette en héraldique

Blasons de Quickborn et Oebisfelde (Allemagne)

En héraldique, le hibou et la chouette sont souvent associés et, de ce fait, confondus, du moins au niveau du dessin. En fait, le hibou se distingue de la chouette par la présence d'aigrettes sur la tête (touffes de plumes donnant l'impression d'oreilles ou de cornes).

Le hibou

Blason de Quickborn (Schleswig-Holstein, Allemagne)

Je suis l'oiseau de Minerve, alias Athéna,
Réputé pour ma sagesse et ma vigilance,
Tels sont les deux attributs que l'on me donna ;
Et c'est précisément grâce à ma clairvoyance

Que la bonne déesse me prit sous sa protection
Et que m'adoptèrent devins et devineresses ;
Malgré mon air, je m'honore d'une telle élection
Sans que cela me mette dans un état d'ivresse.

À la nuit tombée, mon vol présage une heureuse
Nouvelle ; mais les âmes superstitieuses et peureuses
Voient en moi le funeste présage de la mort.

Je suis à la nuit ce que l'aigle est au jour ;
Je perce l'obscurité et voit tout à l'entour ;
Le crépuscule m'est une aube, sans faire d'oxymore.

Marie-Louise & Justine

Armoiries de la Alcuin Society (Vancouver, Colombie-Britannique, Canada)
Divisé en chevron d’azur sur argent, en chef deux livres ouverts d’argent, 
leur tranche d’or, en pointe une presse à main d’azur.

Voir aussi Le hibou et la chouette en héraldique


Blasons de Egvad (Danemark) et du Brandebourg (Allemagne)


Le hibou dit à l’aigle un jour :

Vainement au soleil tu vas faire ta cour,
Lorsqu’il s’éloigne, à ta paupière
Laisse-t-il un peu de lumière ?
Pas la moindre, et ton œil fatigué de clarté
Se ferme dans la nuit, voilé d’obscurité.
Et mes deux yeux sont des étoiles,
Qui me montrent l’oiseau sur la branche endormi :
Le crépuscule est mon ami ;
Aux déserts du chaos je me fraye une route,
J’illumine son front par les ombres noirci.
Oui, répondit l’aigle, mais aussi,
Quand il fait jour, tu n’y vois goutte.
Excentriques de tous les temps,
Qui faites l’impossible en raison comme en style,
Pour vous un seul prodige est toujours difficile,
C’est d’avoir un peu de bon sens.

Chateaubriand, Le génie du christianisme

jeudi 21 juillet 2016

D'argent à la coq éployée d'azur

Composition de Jussi Kärnä

L'héraldique m'apparaît comme une science singulière :
Un aigle en temps normal devient une aigle
(Celle-là même dont jadis toute légion était fière)
Et la face d'un animal, selon la règle,

Se dit "un rencontre"... Alors je me demande :
Pourquoi ne serais-je pas une coq au lieu d'un coq ?
Cette idée m'est venue, cela ne se commande.
Dire que j'aurais pu être un oeuf à la coque !

Il m'eût plu de paraître en coq éployée,
Précédant une armée que rien ne fait ployer ;
Mon chant serait celui d'un clairon qui claironne.

Lors, je me contente d'être roi en ma basse-cour ;
Foin donc de mes fantasmes, sans plus de discours !
En coq hardi, c'est ainsi que l'on me blasonne.

Marc

mercredi 20 juillet 2016

Le cygne en héraldique et dans la mythologie


Relativement peu fréquent sur l'écu tout au long du Moyen Âge, le cygne deviendra, à compter du XIVe siècle, une figure courante des ornements extérieurs de l'écu, en particulier le cimier et les supports, de même que sur les devises et emblèmes personnels. Il est considéré comme un attribut seigneurial. Sa fréquence sur l'écu augmente considérablement à partir du XVIIe siècle, au moment où le répertoire des meubles et figures du blason s'accroît et se diversifie.

Le Chant du Cygne

Blason de la famille de Buchal (Allemagne)


En ce trébuchement, lors qu'il se balbutie
Les ondes mouvantes de L'Ultime Appel
Il n'en est qu'Un, en ce désir qui s'intensifie
Les Ailes sont à voguer vers La Cime Éternelle
Ô mon imperceptible Regard en cet Émoi
Le Ciel est une Ivresse en ce Parfum qui festoie
L'exultation lors que tout est à disparaître
Les frémissements aurorales de Ta Présence
Lors que s'élance, Magistral, L'Oiseau de L'Être
Ô Songe d'une Prunelle en laquelle je me noie
Ces mille Chants qui se veulent ceux du Cygne
En Sa Joie qu'annonce une Nouvelle Naissance
Ô Songe du Lac de La Merveille que l'on voit
Lors que L'Âme sait lire en chacun des signes
C'est en cet Absolu que s'élance L'Oiseau
D'une Beauté Sublime que l'on ne peut oublier
Évanescence en ce Salut qui trouve La Permanence
Subtilité du Souvenir qui telle une flèche lancée
Se cherche en ces pleurs qu'attise le Roseau
Les cercles sont à le porter en ces soupirs intenses
Vigueur occultée en ce monde de la matérialité
Le Mont est à glorifier Le Cri superbe du Phénix
Oiseau de la Création qui se veut Alchimiste
Son Feu Divin puise à La Source de L'Atemporalité
Il est à tremper La Plume en cet Océan illimité
Le cœur ardent en ce Souffle du Seul Amour
Lors que son Corps est à tracer Ce Noble Discours
En ce Mont qui prend sa Force au Pied de La Vie
L'Arbre des Quintessences de toutes les Aubes
Entends depuis la poitrine immaculée ce son Rauque
Est-il à déchirer tous les voiles de la profonde Nuit ?

_____


Symbolique de L'Oiseau et de La Montagne



L'Oiseau, lors du Périple vers Le Divin, est à la fois tel un Arbre qui s'élance vers le ciel et tel encore un Mont où Il trouve son propre refuge, sa demeure finale!

Le Cygne, de par son long cou est à porter entre autre cette symbolique du Phénix, que l'on retrouve aussi sous l'appellation de "Anqa" en arabe qui désigne cet oiseau spécifique!

Celui-ci en a fini avec ce monde éphémère et trouve enfin en lui l'Aspiration pour partir.

La Montagne symbolise l’élévation de l’âme dont le sommet constitue l’ultime étape du parcours spirituel. Nous retrouvons ici le concept clé de "montagne intérieure" dont l’ascension correspond à une élévation qui est à la fois connaissance de soi et l’amorce d’un retour vers le Principe.

Elle symbolise tantôt le rang privilégié de l’homme par rapport aux autres créatures qui, "solide comme une montagne", est à même de combattre et vaincre ses passions et penchants égoïstes, tantôt les croyants superficiels qui se contentent de répéter les principes religieux sans en comprendre la signification profonde, telle une montagne dont l’écho répète automatiquement un son à l’infini. La notion d’écho revêt aussi une signification positive dans le cas des "amis de Dieu", après avoir atteint le stade Suprême de l’Union au Créateur et s’être dépouillés de leur "moi", leurs paroles leur sont alors directement inspirées par Dieu, telle une montagne reproduisant en écho une voix à l’identique.

De par sa hauteur et sa proximité relative avec le ciel, la Montagne est donc le symbole de l’Élévation Spirituelle ainsi que le lieu par excellence de la proximité avec l’Ami, s’y révélant pour guider l’homme et lui manifester Sa gloire.


Deux haches d'or

Blason de Saint-Hélier (capitale de l'île Anglo-Normande de Jersey)

Deux haches qui se morfondaient dans un atelier
Eurent cette conversation qu'ici je rapporte :
– Je me rêvais d'être une arme de chevalier,
Dit l'une, pourfendant les ennemis de toutes sortes.

– Moi, je me serais contentée d'une coupe en forêt
Car il n'est rien tant que j'aime que l'odeur du chêne,
Répondit l'autre. Seigneur, que j'en ai du regret !
Un jour, l'on troqua mon tranchant contre une chaîne.

– Autres temps, autres mœurs ! Nous voici à rouiller
Au fond d'une remise et à nous faire chatouiller
Nos solides manches en frêne par la vile vermoulure.

– La poussière ternit l'éclat de notre acier
Et bientôt, à bas prix nous serons négociées
Auprès d'un ferrailleur et adieu l'aventure !

_____

D'azur à deux haches affrontées d'or posées en sautoir.

Voie héraldique : plain


 

Plain est d'un seul tenant ; tout le champ est couvert
D'un métal ou bien d'un émail ; ici, le caractère
Est entier, point de partage ; ni semé, ni vair ;
Pas d'hermine ni rien d'autre ; le propriétaire

De cet écu se concentre sur une vertu
Qui est un point d'appui autant qu'un viatique ;
Nul objet, nulle plante, aucun animal cornu
N'y viennent apposer leur figure emblématique.

D'or plain sont les armes de la famille de Bordeaux ;
D'argent plain, celles de Brunor de la Table Ronde,
Dit Chevalier sans Peur car sa vaillance abonde. 

De gueules plain, émail guerrier de maints héros ;
Du Vivier de Lansac et d'Albret l'arborèrent ;
Tous furent courageux et parfois même téméraires.

Marie-Louise

Plain vient du latin planus, signifiant « plan, plat, uni, égal ; sans aspérité ». En héraldique, se dit d'un écu dont le champ ne comporte qu'une couleur, sans partitions, ni rabattements, ni meubles, ni semés d'aucune sorte.

Noces Célestes

Blason de Saint-Pierre de Frugie  (Dordogne, Périgord)

Trois étoiles d'argent tombèrent amoureuses d'une Lune
Du même. Est-ce parce qu'elle était tournée vers le Ciel
Qui déversait en cette belle Âme toute sa Fortune ?
Ou d'avoir été Fontaine où coulent le lait et le miel ?

Les Amours Célestes ont leur propre mesure ;
Sans cesse Tout naît et s'accomplit en ces Jardins
Où nul coeur jamais n'est brisé par la blessure ;
Être à l'Instant est cet Originel Destin.

La Lune s'était promise à son Seigneur Solaire
En qui elle reconnut sa Puissance Tutélaire ;
En leurs Noces, elle dévoilera sa vraie Beauté

Et tous seront saisis d'une stupeur extatique.
Porte après porte, sur le sentier initiatique,
La Belle voua son Âme à l'Unique Primauté.

_____

D'azur à trois étoiles d'argent rangées en fasce, surmontées d'un croissant du même et soutenues d'une grappe de raisin (arlot) d'argent tigée et feuillée de deux pièces de sinople.

Maître Coq en sa basse-cour

Blason de Fauville-en-Caux (Normandie)

L'on me tient pour un Casanova emplumé,
Courant les poules du Comté et plus loin encore ;
Que l'on entende glousser, me voilà présumé
Responsable, mangeant tout grain qui se picore.

L'on m'attribue à tort plus d'une paternité ;
D'avoir couru la Roussette et même la Blanchette,
Point ne le nie ; elles eurent très belle maternité ;
Mais de là à me voir en tout ce qui caquette...

J'ai vécu des amours romantiques et souffert
Bien des passions ; certes, mon caractère est de fer,
Mais j'ai le coeur duveteux et l'âme cotonneuse.

Bien tenir sa basse-cour n'est pas de tout repos ;
Il faut être dès le matin frais et dispos ;
L'on ne m'a jamais connu l'ardeur lésineuse.

Marc
_____

Parti de gueules et d’argent au cœur aussi d’argent sommé d’un coq issant d’azur avec un panache en forme de croissant versé aussi de gueules, le tout brochant en abîme sur la partition.

Voie héraldique : d'amour

Blason de Lamanon (Bouches-du-Rhône) et de la famille de Lattier (Dauphiné)

D'or à un lac d'amour en pal d'azur.
D'azur, à 3 lacs d'amour (lacs tiers) d'argent ; au chef de même.


L'Amie, d'amour n'est pas une couleur héraldique,
Il n'est donc d'aucun métal ni d'aucun émail ;
Et pourtant, sans lui, point de vertu authentique ;
Sans lui, il n'est pas d'unité ; tout se démaille.

D'amour, c'est la seule valeur que je reconnaisse ;
Infinis sont ses visages ; pour moi, c'est le tien ;
Trop tard pour changer, il faudrait que je renaisse !
Mais de préférence dans le monde qui te contient :-)

N'en riez pas, l'amour est une noble folie ;
C'est à tout jamais qu'il donne son investiture ;
S'il s'éteint, c'est qu'il n'en avait point la nature.

Mon cœur est un écu à la frimousse jolie ;
C'est mon bouclier contre la nuit qui me hante
Il est ma lumière, ma seule et unique attente.


Blason de l'Abbaye de L'Amour-Dieu (Champagne)

D'or au cœur enflammé de gueules chargé du nom de Jésus d'or.

mardi 19 juillet 2016

La fontaine en héraldique



Originellement synonymes de sources, tenues pour des lieux sacrés, empreints de mystères, les fontaines sont des Naïades dans la mythologie grecque, c'est-à-dire les nymphes des eaux douces et courantes (sources, rivières et fleuves). Filles de Téthys et d'Océan, ces génies aquatiques sont de belles et bienfaisantes créatures qui veillent sur l'eau. Les naïades correspondent aux ondines des mythologies celte, germanique et nordique.

Fontaine

Blason du chevalier Fontaine-de-Gobert (XIIIe siècle)


En ces Ondes de L'Origine
En Lui qui est là en ce Nous
En ce qui se pressent et se déploie
En ces vibrations de Lui
En cette Tension
Le Chemin devient Un
Tu es à ne pas vouloir me perdre
Je suis à ne pas vouloir Te perdre
Des larmes de mon être sont les Eaux vers toi
Mon Âme
Je Te voulais Te rencontrer
Que tu sois à me voir
Lors que je suis Ton Regard
Des Fluviales pensées en ce Jardin
Lors que La Source est à jaillir au pied d'un Arbre
Vois les effluves de La Connaissance en ce Renouveau
Oraison de La Quintessence qui se veut L'honorer
C'est à cette Pureté que nos Âmes s'abreuvent
Que toutes Deux sont à danser dans Le Pré
Colonnes vespérales de L'Arborescence
Devenues comme les quatre piliers d'un Marbre
Voici Le Noble des Nobles du Paradis
Ici s'offrent les substances d'un Autre Monde
Voici les plis et les plis de toutes nos nuits
En cet Azur, lors que se drape de pudeur
Notre espoir alangui en cet Amour qui nous inonde
Mon Âme
L'Elixir de tous nos soupirs en ce Céleste Jardin
Les lueurs ondoyantes sont à nous porter si loin.

Naïla


Blasons de Bad Ueberkingen, Niefern-Oeschelbronn & Tiefenbronn (Allemagne)

Blasons de Bittelbronn, Bad Elster & Beimbach (Allemagne)

Blasons de Bad Schönborn, Bad Ditzenbach & Rotenbrunnen (Allemagne)

Blason de salzbrunn, Heilsbronn (Allemagne) & Pignia (Suisse)


Voir aussi La fontaine en héraldique

Mystère des Deux Clés


Blason d'Elbach (Haut-Rhin, Alsace)

D'azur à deux clés d'or posées en sautoir, à l'épée d'argent posée en pal brochante
sur les clés, la pointe sur une terrasse ondée d'argent et d'azur de six pièces.


Saurais-je vivre autrement ?
Le pourrais-je ?
Est-il une issue à cette issue ?
Lors que Le Chemin est Le Plein Eveil ?
Depuis ici, les lignes se conjuguent en cette Trame
Qui se tissent depuis L'Aube qui se décline
En Celle qui est de toute Éternité
En ce grain, j'ai vu mille étoiles
En ces mille étoiles, j'ai vu Ton Reflet
Ô Beauté qui se veut voir
Et qui se veut m'étreindre
Suspendue en Ton Image
Je T'offre ce qui n'est que Ta Volonté
En cette Révérence, en cette crucialité
Lors que tout se pressent en ce Noble Toucher
Je suis errante et aussi retrouvée
Est-il une autre Possibilité en Ta Gouvernance
Lors que Tu as décrété et encore décrété ?
Suis-je à retrouver cette Parfaite intimité
Lors que Tu es ce que Tu es ?
Ô ma Vie !
Ô ma Joie !
Douceur affleurante des seuls parfums de Ta Présence !
En Ton Premier Royaume est La Clé de La Vision
D'argent, elle se veut Immaculée et Resplendissance
La Terre est Le Prétexte de chaque Solstice
En Son Lever perpétuel, en Son même Coucher est La Jointure
Le Tissage est une Danse Axiale !
Lors qu'elle se perçoit, j'entre en son mouvement
Ici et là-bas
En ce Visage qui est tantôt Voile et tantôt Nudité
Toi Le Maître des Deux Voies
Toi qui ouvres et qui fermes
Toi qui n'as ni Commencement, ni Fin
Le Roi de tous Les Mystères
En ce Désert, j'ai saisi un grain
Tu as dit : j'y suis!
Louange à Toi Seigneur !
J'ai dit: en ce grain j'ai vu tous les Grains !
Louange à Toi autant de fois qu'il y a de grains en ce désert !
J'ai dit : Si Ton désert est empli de Toi,
Si Tu m'as donné La Conscience du Grain,
Si Tu m'as donné La Conscience de Toi en ce grain
Si Tu m'as donné Tous ces grains qui sont Louanges de Toi,
Alors, je n'ai plus besoin de rien !
Depuis La Première Clé qui est ce Monde, est une autre Clé
D'Or, cette fois, donnant accès à toutes Voies
Devenir de L'Être qui voyage en Toi
Les vagues sont les vagues de Ta Gloire
Le Temps n'est plus Le Temps
Il est Trois dimensions
Lors que L'Oeil de La Source est à voir
Les Flux de La Présence
Sont Ascension et Descente
En ce mouvement des Croisées Perpétuelles.

_____

Voir aussi Porte épiphane




Symbolique de Janus, des Deux Clés et de La Porte


"Janus était considéré comme le dieu de l’initiation, ses deux clefs, l’une d’or et l’autre d’argent, étaient celles des « grands mystères » et des « petits mystères » ; pour employer un autre langage équivalent, la clef d’argent est celle du « Paradis terrestre », et la clef d’or est celle du « Paradis céleste ».

Janus, le plus fréquemment, porte deux clefs ; ces clefs sont celles des deux portes solsticiales Janua Coeli et Janua Inferni, correspondant respectivement au solstice d’hiver et au solstice d’été, c’est-à-dire aux deux points extrêmes de la course du soleil dans le cycle annuel, car Janus, en tant que « Maître des temps », est le Janitor qui ouvre et ferme ce cycle. D’autre part, il était aussi le dieu de l’initiation aux mystères : initiatio dérive de in-ire, « entrer ». (ce qui se rattache également au symbolisme de la « porte »), et, suivant Cicéron, le nom de Janus a la même racine que le verbe ire, « aller » ; cette racine i se trouve d’ailleurs en sanscrit avec le même sens qu’en latin, et, dans cette langue, elle a parmi ses dérivés le mot yâna, « voie », dont la forme se rapproche singulièrement du nom même de Janus. « Je suis la Voie », a dit le Christ ; faut-il voir là la possibilité d’un autre rapprochement ? "
*

La Porte est par excellence la symbolique du Passage.
L'accession d'un état à un autre.
Une béance de L'Ici à L'Au-delà.
Cette ouverture correspond au passage du monde sensible par les sens externes, au monde subtil, que l'on peut appeler "invisible", car sa perception ne dépend en aucune manière des sens habituels.
Cette ouverture est telle une percée qui donne le lien à toutes choses, le sens à toutes choses.
Elle révèle ce que l'on appelle Les Grands Mystères.
La Clé d'argent ouvre sur la connaissance du Monde Visible, l'immédiateté des connaissances, ce que l'on appelle les petits Mystères, tandis que la Clé d'Or ouvre sur La Connaissance du Monde Invisible.
On peut dire qu'il existe un premier voyage qui est du Monde Visible au monde invisible, et un second voyage qui est le Monde invisible en le Monde Invisible. Un troisième voyage est le Monde Invisible en le Monde Invisible en le Monde Invisible !
Autant dire que le langage premier du Monde Visible donne accès au Langage du Monde Invisible. Pour accéder à la troisième profondeur, l'on doit nécessairement passer par l'approche du premier langage. A partir de Là, l'on acquiert au fur et à mesure le Langage inhérent à chaque étape !
Ces trois Profondeurs en comportent bien entendu d'autres !
Rien n'est limité.
Ce Périple incessant et somme toute mystérieux se décline entre L'Ici et le Maintenant !

Naïla

* Références : Symboles de la Science sacrée par René Guénon (Gallimard 1962)



Éléments de symbolique en Héraldique

D'après L. Foulques-Delanos en son Manuel héraldique ou Clef de l'art du blason (1816) :

Une clef d'or posée en bande symboliserait la prévoyance.


Blason de Ostholstein-Mitte Amt
(Schleswig Holstein, Allemagne)




Deux clefs affrontées symboliseraient, outre la prévoyance, la puissance intérieure.


Blason de Mont-de-Marsan (Landes)







Deux clefs en sautoir symboliseraient la fidélité et la probité.


Blason de Pfaffenhoffen (Bas-Rhin, Alsace)