Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


mercredi 30 novembre 2016

Les arbres en héraldique - Le Bouleau

Le bouleau, l'arbre à la peau d'argent striée de sable...

Le calendrier celtique est organisé en treize périodes lunaires dont chacune est attribuée à un arbre. C'est le bouleau qui ouvre l'année. Il symbolise la renaissance et la sagesse. Arbre sacré chez les populations sibériennes et chez les Amérindiens qui utilisaient son écorce pour en faire des canoës, arbre national en Russie, symbole du nationalisme chez les romantiques norvégiens, le bouleau est l'arbre aux mille vertus : son bois sert à fabriquer des panneaux de particules et de la pâte à papier mais est également un excellent combustible ; ses rameaux servaient à confectionner des balais ; diurétique et fébrifuge, très utilisé aussi en dermatologie, c'est l'arbre dépuratif par excellence ; de ses feuilles, légèrement amères, on fait des tisanes contre les rhumatismes, l’hydropsie et les calculs rénaux ; la sève de bouleau, récoltée au printemps, a des effets certains sur l'arthrite ; le bitumen ou goudron de bouleau est utilisé depuis le néolithique pour rendre étanches les tonneaux, les bateaux...




Boulay-les-Barres
(Loiret, Centre)  
Tranché : au premier d'argent aux trois bouleaux de 
sinople ordonnés 2 et 1, au second barré d'or et d'azur.

La Biolle
(Savoie, Rhône-Alpes)
D'or à un bouleau d'argent feuillé de sinople, accostés de deux autres plus petits,
le tout posé sur un mont du même, au franc-canton de gueules à la croix d'argent.

Le Bellay-en-Vexin
(Val-d'Oise, Ile-de-France)


Parti : d'or au bouleau arraché de sinople, fûté au naturel, accosté, en pointe, de deux quartefeuilles aussi de sinople percées, au chef d'azur semé de fleurs de lis du champ brisé d'un lambel d'hermine.

Le Boulay-Morin
(Eure, Haute-Normandie)

 
D'argent au chevron de gueules chargé de trois besants d'or, accompagné 
en chef de deux maillets du même et en pointe d'un bouleau de sinople.

Boulard de Gatellier 
D'azur à une branche de 3 rameaux de bouleau d'argent, 
au chef de gueules chargé de 3 boules d'or. 

Blasons de villes allemandes

Bark (Schleswig Holstein)

Birkigt (Saxe)

Bresegard bei Picher
(Mecklenburg-Vorpommern)

Junkertum Birkenbruch


Berkoth (Rhénanie-Palatinat)

Böhnhusen (Schleswig Holstein)

Brickeln
(Schleswig Holstein)

Birkungen (Thuringe)

Canada & États-Unis

Jonathan David Arthur Good
(Géorgie, États-Unis)
De sinople au bouleau arraché d’argent d’où 
pend un écusson du même à la croix de gueules.

Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec
Un besant d’argent à l’étoile de vie, ses branches sommées chacune d’une demi-fleur de lis, le tout d’azur, chargée d’un bâton d’or accolé d’un serpent d’argent, le tout cerclé d’un anneau d’azur inscrit POUR L’ESPOIR ET LA VIE en lettres d’argent et sommé d’une couronne de fleurdelisée d’or, le tout environné d’une guirlande de feuilles d’érable et de feuilles de bouleau fruitées du même mouvante d’un iris versicolore au naturel.

Fédération québécoise des sociétés de généalogie
Un tourteau d’azur chargé d’un navire à trois mâts d’argent accompagné en chef d’une fleur de lis, en sautoir de quatre feuilles de bouleau, les tiges vers l’abîme, et aux deux flancs et en pointe, de trois écussons les pointes vers l’extérieur, le tout d’or et brochant sur une bordure de racines entrelacées d’argent.



Complément à la symbolique du bouleau


Blason de Marfino (Russie)

Bouleau
: n.m. Arbre des pays froids et tempérés, à écorce blanche et à bois blanc, utilisé en menuiserie et en papeterie. (Haut 30 m env). (Famille des bétulacées).

Symbolique
: Symbole de pureté, de douceur et de délicatesse (les shamans de Sibérie grimpaient dans ses branches pour se rapprocher du Ciel). De nos jours, un bouleau dans un jardin apporte calme et sérénité par la couleur harmonieuse de ses feuilles toujours agitées par le vent.

Légende : Le bouleau était utilisé pour apaiser les agités et les aliénés que l'on fouettait avec ses branches. C'est aussi dans l'espoir de chasser ce qui est néfaste, que l'on flagellait les condamnés du Moyen Âge avec ses branches. Puis les exorcistes l' utilisèrent ensuite en décoction, car ils assuraient qu'il faisait s'enfuir les démons. Le bouleau était l'un des sept arbres sacrés du bosquet des druides. Parfois appelé "Arbre de la sagesse", symbole de connaissance druidique, on surnommait aussi le bouleau "Sceptre des maîtres d'école", parce qu'avec son bois on fabriquait les baguettes servant à punir les cancres.

Méditer sous cet arbre
: Mieux accepter sa vie, assumer les changements, se réconcilier avec ce que l'on est, adoucir ses pensées.(Le bouleau aide à se réconcilier avec l'ego et à réconcilier le masculin et le féminin) S'asseoir sous un bouleau, c'est pénétrer dans une atmosphère aimable et apaisante. C'est un rappel que la vie n'est pas seulement faite de luttes, mais peut être également douce et harmonieuse.

Dans le langage floral : Bienveillance vis à vis de soi et des autres.

Vertus médicinales : La médecine des plantes utilise ses feuilles, bourgeons et son écorce que l'on distille pour en extraire une huile essentielle. Le bouleau est retenu comme antiseptique, dépuratif, cholérétique, cicatrisant, diurétique. Au Moyen Âge on utilisait le bouleau pour soigner les plaies, les ulcères et les calculs rénaux. Propice aux reins et à la vessie. On lui prête de nombreuses autres vertus thérapeutiques, d'autant qu'il vit en symbiose avec l'amanite muscaria ou amanite tue-mouches, champignon "magique" que l'on appelait aussi la nourriture des Dieux (et avec lequel les chamans se droguaient). Il est encore cité pour combattre les oedèmes, la goutte et l'arthritisme, l'hypertension aussi bien que la cellulite et l'obésité, les éruptions cutanées et l'artériosclérose.

En savoir plus : En climat tempéré, les bouleaux meurent assez rapidement (15-30 ans), mais plus au nord (Suède, Finlande, Sibérie, etc.) ils peuvent vivre jusqu'à 100 ans et plus. Cet arbre caduc majestueux de la famille des betulaceae fleurit d'avril à mai. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 cm de longueur, dressés puis pendants pour le mâle et de 3 cm dressés pour la femelle. Cet arbre à l'écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu'à 60 cm de diamètre à la base. Sa sève riche en composés actifs, ainsi que son écorce, recèle de nombreuses propriétés.


Le bouleau et le tussilage

Dans son biotope particulier où règne l'interaction entre les plantes, le bouleau est lié au tussilage (Tussilago farfara), une plante vivace à rhizomes, très utilisée en phytothérapie. Le tussilage apparaît dès le mois de février. C'est lui qui donne au bouleau le signal du réveil qui offre alors à qui le souhaite sa sève, pour une cure de printemps.


Autrefois, la feuille de tussilage servait d'enseigne aux apothicaires. C'est dire l'importance qu'on lui accordait. L'un des plus anciens et meilleurs remèdes pectoraux, selon le docteur Jean Valnet ; particulièrement efficace contre la toux chronique accompagnant la silicose et l'emphysème, selon le docteur Fritz Weiss, qui souligne toutefois que l'infusion n'apporte qu'un soulagement symptomatique, ces deux maladies étant incurables. On en prend une tasse le matin, dès le réveil, au moment où la toux est la plus forte, puis une autre le soir au coucher.







Bart
(Doubs, Franche-Comté)
De gueules à la cotice en barre d'argent, haussée à dextre et abaissée à senestre, accompagnée en chef dextre d'une fleur (de tussilage?) d'or tigée et feuillée de sinople, en chef senestre d'une truite d'argent posée en barre et en pointe d'une hure de sanglier d'argent. (L'Armorial des villes et des villages de France)

Compléments iconographiques

Hanneton porte-bonheur sur un bouleau
Dans le bois de bouleaux, par H. Lebscher



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire