Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !

Est-il un Signe qui n'ait pas sa dimension en Sa Profonde Cohérence, cherchant Le Sens à L'Essence ? Est-il un Signe qui n'ait pas son Écho dans L'Indicible ? Est-il un Seul Langage qui n'ait pas Sa dimension Sacrée et révélateur des Réalités occultées ?

En ce Souffle que se veut presque recueillir le Blason, s'enveloppant, tout en proclamant, fleurissent mille et une Parures, puisant dans L'Êtreté, Noblesse celée et décelée. En ce cœur du Bouclier, mille essences, lors que Le Chevalier vêt L'Armure et L’Épée. Rituel et Quintessence en cet Art de La Connaissance que brandit La Torche enflammée, L’Éclat des Vertus Conquises et que l'on se veut protéger ! Aspiration d'une Renaissance Lumineuse en un Art de Vie oubliée, La Nouvelle Héraldie est à reconquérir cette Beauté que La Chevalerie a porté très Haut, au delà de ce que nous sommes encore en mesure d'imaginer. Le voyage se poursuit...

dimanche 13 août 2017

Ab ovo


Une causerie de Frère Eugène

Peinture d'Arnaldo Tamburini (Italie, 1843-1901)

D'une poule qui court dans le pré, en broutant son herbe,
Les œufs sont de loin meilleurs que d'une batterie
Dont la seule idée me rendrait presque acerbe
Car je n'y vois, ni plus ni moins, qu'une tromperie.

La verdure vous colorie joliment le jaune
En lui donnant cette teinte d'or et même d'orangé.
Cru, poché, dur ou en omelette, il détrône
Ses pâles copies que l'on ne voudra plus manger.

Ainsi, que de chair animale l'homme se nourrisse,
Soit, mais en élevant les bêtes avec respect
Et donc en les bien traitant, sous tous les aspects.

L'on n'attend plus, d'un fruit que l'on cueille, qu'il mûrisse ;
L'oeuf du matin ne donne pas, le soir, un rôti !
Des sottises du monde, l'on écrirait mille soties !

Marc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire