Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


vendredi 11 août 2017

J'écris


Blason de Bad Alexanderbad (Bavière, Allemagne)


                             L'Amour est Semence suspendue à Ton Souffle.
                             Je n'en sache pas plus grand, plus pur, plus irradiant
                             Qui ne soit éclairée de La Sagesse des Âges.
                             Je n'en sache pas plus intense qui me rende à La Présence.
                             Je n'en sache pas de plus vive qui me donne à vivre,
                             Ni même plus profonde qui me donne à écrire !
                             J'aspire à mourir en La Fougue de L'Amour,
                             J'aspire à trembler du feu de Ta Proximité.
                             J'aspire à m'éteindre en L’Éclosion de Ta Flamme.
                             J'aspire à être recueillie dans La Demeure de Ton intensité !
                             Vibrance des vibrances qui fusionnent en Ta Réalité.

                             En la crucialité d'une Plume amoureuse,
                             J'écris la vie qui n'est que passage.
                             Ô Toi que j'aime de cet Amour de femme !
                             Je n'ai pas su aimer autrement.

                            J'écris sur les parois de mon coeur.
                            J'écris sur les effluves de Ton Âme.

                            Je sculpte mon sanctuaire des ciselures de mon aspiration,
                            Et j'ai noué une corde à mon corps épris de Ta Réalité.
                            J'ai tenu les outils de ma sculpture en Ta Bienveillance,
                            Ô Toi ! En la fougue de mon obstination !

                            J'ai visité les lieux et j'ai couru sans jamais me lasser !
                            Ô Toi ! Mon Inconnu qui encore est à me visiter,
                            Des Paroles de Ta Seule Éloquence,
                            Lors que suintent les Transpirs de Mon Amour !

                            Sache, que j'écrirai encore des transports de mon âme !
                            Promesse qui est Consécration !
                            Que se répandent en douces ondes les chants de L'Amour !
                            Que soient aimantes les vagues de notre océan, en ce Retour !

Océan sans rivage

Voir aussi sur La profondeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire