Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !

Est-il un Signe qui n'ait pas sa dimension en Sa Profonde Cohérence, cherchant Le Sens à L'Essence ? Est-il un Signe qui n'ait pas son Écho dans L'Indicible ? Est-il un Seul Langage qui n'ait pas Sa dimension Sacrée et révélateur des Réalités occultées ?

En ce Souffle que se veut presque recueillir le Blason, s'enveloppant, tout en proclamant, fleurissent mille et une Parures, puisant dans L'Êtreté, Noblesse celée et décelée. En ce cœur du Bouclier, mille essences, lors que Le Chevalier vêt L'Armure et L’Épée. Rituel et Quintessence en cet Art de La Connaissance que brandit La Torche enflammée, L’Éclat des Vertus Conquises et que l'on se veut protéger ! Aspiration d'une Renaissance Lumineuse en un Art de Vie oubliée, La Nouvelle Héraldie est à reconquérir cette Beauté que La Chevalerie a porté très Haut, au delà de ce que nous sommes encore en mesure d'imaginer. Le voyage se poursuit...

samedi 12 août 2017

Palilalies


Blason de Topolná (République Tchèque)

L'esprit occidental est tel le saule pleureur :
Ses rameaux pendent si tristement vers le bas
Que l'on croirait voir la silhouette d'un deuilleur
Ou d'un agonisant courbé sur son grabat !

Comme je lui préfère le peuplier d'Italie
Dont la ramure fuselée s'élance vers le Ciel !
Tous les discours ne sont que vaines palilalies,
Lors que les profère un esprit superficiel.

Où nous a conduits le rationalisme sec ?
À sans cesse tourner en rond sur la même ellipse
Et à fomenter l'horreur d'une apocalypse !

L'on prend pour réussite ce qui n'est qu'un échec
Puisqu'elle nous mène vers la parfaite termitière
Où nos illusions mortes nous ferons litière.

Marc


* Le saule pleureur symbolise la philosophie occidentale et le peuplier d'Italie la sagesse orientale. De la philosophie, François Jullien écrit qu'elle se préoccupe de la vérité pour discerner le vrai du faux, tandis que la sagesse s’intéresse à la congruence : le vrai et le faux sont importants mais ce qui est le plus important c’est le congruent. La philosophie s’intéresse à la révélation de la vérité ; la sagesse penche sur la régulation, sur la congruence.

Précision importante : ni l'Occident, ni l'Orient ne désignent, ici, un quelconque espace géographique et culturel mais les pôles de notre âme en laquelle philosophie et sagesse se doivent confluer pour unir leur cours. Ainsi, il y a un Occident de l'âme, portée vers la pensée discursive, et un Orient de l'âme, portée vers la pensée intuitive. Dans son ouvrage Orient et Occident, René Guénon développe largement cette question.

Voir aussi sur Naissance et connaissance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire