Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


mardi 13 novembre 2018

Homo terminus


Blason de Altorf (Bas-Rhin, Alsace)

Tu penses que l'être est soluble dans l'avoir,
Qui est bien le seul verbe qu'en tous temps tu conjugues,
Et qu'une machine à laver vaut mieux qu'un lavoir,
En un monde que désormais ses pareilles subjuguent.

Tu crois, d'ailleurs, qu'il évolue dans le bon sens
Et qu'un problème n'est jamais qu'un manque de technique ;
Tu ne vois pas, en sa marche, la moindre errance,
Un point de vue erratique, digne des Beatnicks.

Tu tiens les anciens mystiques pour des farfelus
Qui passeraient aujourd'hui pour des minables ;
Car, en un mot expédié sur ton portable,

Tu qualifies leurs temps d'obscurs et révolus.
C'est à la fin qu'on se découvre imbécile,
Et tu seras, à y échapper, bien habile.

Le Spectre à trois faces

Progressivement incorrect

Idem


Blason de la Voïvodie de Couïavie-Poméranie (Pologne)

La multiplication des lois entraîne de même
Celle des moyens mis en œuvre pour les contourner,
Car l'on multiplie aussi les failles du système
Que certains ont alors beau jeu de détourner,

Pour autant d'être bien placés en ses rouages.
Rien de nouveau, donc, sous le ciel des hommes de gain
Qui s'y entendent à merveille en droit d'affouage,
Sachant tirer d'un pré son foin et son regain.

Les régimes se suivent mais les mêmes pratiques renaissent ;
Pour mille mains qui payent, il en est une qui encaisse.
Qu'une révolte remplace le maître par son valet

- La chose s'est produite maintes fois au cours de l'histoire -
Point besoin de science infuse ni divinatoire
Pour voir la chaumière se transformer en palais.

L'Abbé Théophile

 
Idem : « La même chose »


                                           Un état se régit par les lois.
                                           Une guerre se fait à coup de surprises.

                                           Mais c'est par le non-faire qu'on gagne l'univers.

                                          Comment le sais-je ?
                                          Par ce qui suit :

                                          Plus il y a d'interdits et de prohibition,
                                          plus le peuple s'appauvrit.
                                          Plus on possède d'armes meurtrières,
                                          plus le désordre sévit.
                                          Plus se développe l'intelligence fabricatrice,
                                          plus en découle d'étranges produits.
                                          Plus se multiplient les lois et les ordonnances,
                                          plus foisonnent les voleurs et les bandits.

                                          Lorsque le gouverneur est indulgent,
                                          le peuple reste pur.
                                          Lorsque le gouverneur est pointilleux,

                                          Le peuple devient fautif.

Lao Tseu, Tao te King

Considérations sur l'adulescence


Blason de Gražiškiai (Lituanie)

L'enfant-roi, produit d'une société infantile
Qui veut prolonger, à travers ses rejetons,
L'innocence perdue, est un créneau mercantile
Sur lequel se peut miser sans peine ses jetons

Le monde des affaires qui ne manque jamais le coche.
Car aujourd'hui, tout phénomène de société
Devient la cible vers laquelle mille flèches décochent.
La bêtise est une manne profuse, à satiété,

Il suffit de changer les standards et les modes
Et d'envoyer valser, s'il faut, les anciens codes.
L'on fait danser, comme on veut, les adulescents

En actionnant le jeu des miroirs narcissiques,
D'autant que leur cerveau, qui date du Jurassique,
S'euphorise d'un simple influx effervescent.

Le Spectre à trois faces


Sociologie parallèle

lundi 12 novembre 2018

De qui sommes-nous les serviteurs ?


Blason de Pottenstein (Bavière, Allemagne) 

On est plus le fils de son temps que de son père.*
Ce proverbe arabe a universelle valeur
En cette époque qui a perdu tous ses repères
Et enfanté d'un monde sec, sans humaine chaleur.

Curieusement, la philanthropie posturale
S'y porte plutôt bien et n'y fait pas défaut,
L'angélisme marquant la tendance générale ;
Mais tout y respire le factice et tout sonne faux !

Les bons sentiments n'attestent pas de la justice
Car les mots se laissent dire, sans trop de préjudice.
Peut-on laisser courir un système prédateur

Qui fait foin de la dignité élémentaire
Et dont s'allonge chaque jour le funeste inventaire ?
Question : de qui sommes-nous vraiment les serviteurs ?

L'Abbé Théophile


* Le père représente ici à la fois la tradition, la transmission ainsi que la stabilité qui assurent, en particulier, la vitalité des valeurs fondatrices d'une société et de sa cohésion, et, en général, le continuum d'une civilisation.

Automnale flamboyance


Drapeau de Taitckoe (Oblast de Leningrad, Russie)

                                         Des majestueuses arborescences
                                         En la forêt, au doux silence
                                         Lors que les feuilles murmurent au vent
                                         Quelque automnale flamboyance,
                                         Vous êtes pensif, comme éthéré,
                                         Et ce sentier, qui trace nos pas cadencés,
                                         Soupire à la vesprée, telle une emphase
                                         Aux cimes qui, de beauté, s’embrasent,
                                         Paisibilité du Souffle en cette alliance
                                         Lors que l’âme, en sa musicalité unifiée
                                         Des senteurs de pluie et de terre profonde
                                         Nous confie les sagesses d’un Autre Monde.



Blason de Weinitzen (Styrie, Autriche)

dimanche 11 novembre 2018

Considérations démoncratiques


Blasons de Bösdorf (Schleswig-Holstein, Allemagne) et de Kamensk-Uralsky (Russie)

Tandis que les uns labourent la terre pour nourrir
Les hommes dont le cœur se réjouit du bon pain,
Les autres s'appliquent à s'y envoyer pourrir,
Une folie dont on n'est pas prêt de voir la fin.

Dans l'obscur, il y a ceux qui tirent les ficelles,
Et puis ceux dont l'esprit de confort s'en arrange,
Les mêmes, d'ailleurs, qui ont mis les premiers en selle.
La démocratie est un système fort étrange,

Comme si quantité rimait avec qualité.
Dans les faits, les choses ne cessent de se déliter.
À cause des huiles ? Oui, mais surtout grâce à la masse

Silencieuse que l'on prend bien soin de confiner
Dans sa survie, une stratégie bien affinée
Au service de ceux qui accaparent et amassent.

Le spectre à trois faces


Lire aussi

                               Genèse de la guerre                           Heureuse

         Respice finem                             Quelle Paix ?

Le Parchemin du Ciel


Blason du district de Tchekhov (Russie)

L'Amie, j'ai vu passer la mouette, ce matin ;
Elle planait, tranquille, épousant le vent marin
Chargé, depuis l'océan proche, de cette pluie fine
Que verse sur nos langueurs la nature qui décline

Et dont le sommeil sera peuplé de nos jours
Vécus en son sein, tout au long des heures profondes,
Celles dont la présence demeure en nous pour toujours,
Lors qu'en chacune se voulut germer l'aube d'un monde.

Le Ciel nous parle, c'est un immense parchemin ;
La mouette qui passe est comme l'onde des lointains rivages
Ou une luciole de jour qui balise le chemin.

Les Anciens connaissaient cela : tout est signe
Et tout événement s'annonce par des présages.
Encore faut-il savoir lire entre les lignes.

Marc



Blason du district de Chistoozyorny (Oblast de Novosibirsk, Russie)

Ô Lac


Blason de Shatursky (Russie)


Les mots sont les sons créationnels des vibrations harmonieuses depuis La Lumière qui devient Verbe, en ce tournoiement de Beauté créatrice. Tout est Vibration qui au Regard perçant de L’Absoluité imperturbable devient Descente Lumineuse des Confidences. En L’Âme qui sait, L’Echo est Roi et devient La Corolle de L’Épanouissement Auroral. Tout est Vibration en cette Onde spectaculaire, qui est L’Amour effusif. S’Il est Celui dont on ne peut rien dire, Il est Celui qui fait descendre Le Verbe en volute d’Amour, car Le Verbe est Reflet en toi. Du Germe primordial, s’étend l’infinitude des mondes et des mondes, se contemplant en ce Miroir infinitésimal. Ô Beauté de Toi en L’Éloge perpétuel, Tout est Toi en chacun. Désir de Ta Munificence, Vénusté des Symboles, des codes, des signifiances. Le Verbe de L’Origine est Le Verbe qui donne à toute La Matière Sa Réalité efficiente. Et Le Verbe se fait chair. Ô Silence que l’oreille externe ne peut déceler, Ô Toi ! Silence de L’Éloquence, en Toi, même le plus démuni retrouve La Paix ! C’est en ce Cœur, devenu Ta Fontaine de Jouvence, Lieu sans Lieu, Temps sans Temps, que L’Onde imperceptible est le léger flottement devenu Zéphyr venu d’Orient : Tout est cette Réalité qui s’unit à Ta Sagesse imperturbable. Ô Lac ! Rien ne change, et La Nature est au-delà, bien au-delà, en ce monde d’éthérée Matière, des Épousailles en ces Retrouvailles Bénies. Et Les flots de Tes Mots ne s’épuiseront jamais, car telle est Ta Promesse. Le Jardin éclot de Ton Nom. Soit ! et Le Monde est une Naissance. La Montagne se dresse en cet Echo et Te répond. Ô insoupçonnée Vérité !

Océan sans rivage


Se lit aussi sur Naissance et connaissance

Point de vue


Blason de Rogätz (Saxe-Anhalt, Allemagne)

L'homme grossier et trivial, dans sa fate ignorance,
Considère, amusé, le poète comme un doux
Rêveur s'embarrassant de propos un peu rances,
Une curiosité désuète, un gentil fou.

Le sot ignore le pouvoir des mots qui voyagent
À travers l'espace, au-delà du temps présent,
N'ayant des siens, fort comptés, qu'un pauvre usage,
Confondant ce qu'il pense avec ce qu'il ressent.

L'esprit brut est aussi opaque à la nuance
Que celui, juste dégrossi, est sous l'influence
Des conventions d'un monde instable et changeant.

Leur échappent l'allégorie et la métaphore,
Ne voyant qu'un pot de terre au lieu d'une amphore
Et un tourne-broche au lieu d'une épée d'argent.

Le spectre à trois faces


Doctorant tous azimuts

Aube d'une Pensée


Blason de Gornozavodsk (Russie) par Yury Mikhailovich Yurchatov

Si tout est relatif – et c'est là chose certaine –
Alors l'Absolu se pose : c'est la Relation.
De cette équation, une pensée naît et s'enchaîne,
Qui a dépassé la simple postulation,

De s'être posée, d'emblée, sur une évidence.
Telle fut d'une thèse de philosophie le noyau
Qui, partant du constat de l'interdépendance,
Se voudra polir pour atteindre au joyau.*

Le destin du charbon est d'être translucide,
Comme l'esprit brut qui se doit devenir lucide.
Tel aussi est le Grand œuvre de l'Alchimie.

Comprendre la Relation, c'est l'Intelligence ;
Se Relier, c'est remonter, par la Transcendance.
L'outil premier du chercheur d'or, c'est le tamis.

L'Abbé Théophile



* Évocation de la thèse de doctorat en philosophie de Lanza del Vasto (1901-1981) soutenue à Florence (Italie) en 1928.

Le Roitelet


Blason de Nant-le-Petit (Meuse, Lorraine)

De gueules au Saint Martin en pied d'or accosté en chef de deux roues
 de moulin ; au chef ondé d'azur soutenu d'argent chargé d'un roitelet d'or.

Un roitelet de pureté éthéré,
Léger au lever du jour,
Visite avec humilité,
Du Chant sacré, les alentours :

La vraie Gloire est au corps fragile
Des volutes de L’Inconnu volubile,
Et s’il pointe à L’Orée de notre Amour,
La pureté est vassalité sans détour.

Son Aube


Blason de Birsk (République de Bachkirie, Russie)

                                            Lentement, les yeux s’éveillent
                                            De Son Aube, au front d’émeraude
                                            Traçant le sillon de ses longs cheveux,
                                            Et L’Oiseau perle à Son Bec vermeille,
                                            L’Amour suintant de Son doux Vœu.


samedi 10 novembre 2018

Le père des écrivains


Blason de Hohenwarsleben (Saxe-Anhalt, Allemagne)

                                Le sentier vertical brisait les pèlerins
                                Jusqu’à ce qu’ils virent, s’érigeant sur la baie,
                                L’abbaye secrète d’où préside l’abbé
                                Sur tous ceux qui foulent son île au mil chagrins,

                                Non cartographiée elle sert de repère
                                Aux marins, aux bagnards, aux maudits des profondeurs.
                                Dans leur fuite, son phare apaisa leur fureur
                                Pour les mener tout droit dans les bras de leur père

                               Qui reçoit chaque fils racheté du trépas
                               Depuis l’éternité pour leur montrer la voie.
                               Ces pêcheurs égarés parmi les hommes voient
                               Du fond des tumultes ce que nous ne cernons pas !

                               Leurs bateaux condamnaient par de fortes marées
                               Ils durent s’engager vers le temple du pic,
                               Lorsqu’aux bord de la mort, tout défilait à-pic;
                               Rires, excès, crimes et femmes bigarrées !

                               Après des semaines, touchant enfin au but,
                               Ils virent le prieur attendant ses fidèles
                               Qui depuis les enfers avaient pris sa chandelle
                               Pour guider leurs âmes gagnées à Belzébuth.

                               Le vieux dit en riant « Ravi mes maudits anges,
                               Prenez place en ma grotte et partagez mon vin ! »
                               Puis ils furent changés en de grands écrivains
                               Pour nous compter les maux de leurs passés étranges.

Florian

Discours d'une cigogne


Blason de Storkow (Brandebourg, Allemagne)

Moi qui suis de l'Alsace l'oiseau emblématique,
Terre en laquelle, jadis, je portais les bébés,
Survolant des paysages quasi idylliques
Qui firent dire au roi Louis* les découvrant, bouche-bée :

« Quel beau jardin ! » C'était à l'issue d'une longue guerre
Qui laissa le territoire presque dépeuplé,
Lors que de villages debout, il n'en restait guère,
Au point de les devoir presque tous repeupler.**

Moi-même, j'ai failli m'éteindre, me faisant rare
Quand diminuèrent les prés humides et les mares,
Lors que la grenouille devint une proie d'exception.

Compère Héron, qui a les envolées plus larges,
Se donne, sur ce chapitre-là, bien plus de marge,
Allant jusqu'en Sologne, sans hésitation.

Marc

* Louis XIV (1638-1715)    ** La Guerre de Trente Ans (1618-1648)


La Geste des Échassiers

          Le Cycle de la Cigogne                   Le Cycle du Héron
Blasons de Janík (Slovaquie) et de Golm-Potsdam (Brandebourg, Allemagne)

Ce Décor


En Écho à Justine pour Jusqu'à la goutte dernière

Blason de Abrahamovce (Slovaquie)

Hélas, il n'est rien que nous ne puissions changer
En ce monde mouvant, si ce n'est en nous-même.
Est-ce Cela L'Éveil en La Conscience Suprême ?
De Nature Immuable, c'est en Elle qu'est Le Secret.

C'est ainsi que nous traçons notre Viatique
Et c'est ainsi, sans plus de Besoin, que nous vivons.
Qu'est-ce donc alors que La Fleur béatifique,
Si ce n'est La Paix et notre éternelle Union ?

Quelle Joie d'être libre, de marcher et de vivre :
Beauté éclose aux Noces du Ciel et de La Terre.
Du décor, qu'en sortent donc les âmes guerrières !

Les gens veulent coller et, non vivre, mais survivre.
Ils marchent titubants, en ce mimétisme outrancier ;
J'ai vu leur regard perdu, et j'en ai pleuré.

Océan sans rivage

La boîte aux secrets


Blason de Fulcanelli

De gueules à la champagne d'or, un hippocampe surmonté d'un épi de blé, 
le tout du même, brochant sur la partition.

Dans une boîte au couvercle nacré de rose
Que l'enfant soulevait avec préciosité,
Il se trouvait des charmes qu'à peine l'on ose
Ainsi dévoiler à notre crue nudité.

Les doigts délicats, émus par la fragilité
Du velours de pétales séchés, ces simples choses
Qui, depuis les mains de ma mère, s'étaient posées
Sur le parchemin de nos métamorphoses :

Hippocampe de texture étrange, tel un corail,
Tu me racontais la mer et ses vagues fougueuses ;
Les fonds féeriques, doux soupir du soupirail.

Ainsi, en toi, je vis les formes majestueuses
Et, longtemps, j'ai tenu secrète notre complicité.
Hippocampe, je sais jusqu'où tu m'as mené.

Océan sans rivage

Discours de l'Hippocampe


Blason de Merville-Franceville-Plage (Calvados, Normandie)

Burelé ondé d'azur et d'argent à l'hippocampe de gueules.

Je suis l'hippocampe, appelé cheval de mer
Du fait de ma physionomie très singulière,
D'autant qu'elle n'a pas varié depuis l'ère primaire.
Dès lors, la constance est ma symbolique première,

Quoique les esprits bornés y verraient plutôt
Un côté inflexible et un caractère
Têtu. Mais je ne changerai pas de sitôt,
Il est bien assez d'instabilité sur terre.

Les Chinois voyaient en moi un petit dragon
Et de me rencontrer leur était bon présage,
Chose rare, n'étant pas un animal de parage.

Je vis de préférence dans les eaux d'un lagon ;
Mais comme beaucoup de poissons, mon sort est bien triste
Car l'on me pêche puis sèche pour m'offrir aux touristes !

Marc


Lire aussi

             Supplique de l'Élan             Mémoire d'un éléphant         Le seigneur de la Taïga          Discours du Rhinocéros

Dans quel état tu erres


Blason de Diedenshausen (Rhénanie du Nord-Westphalie, Allemagne)

Les gargouilles de Notre-Dame regardent, amusées,
La cité enfiévrée de rêves et de promesses
Que les matins pâteux découvrent médusée,
Pourtant prête à lire, une fois de plus, la même messe.

Et toi, dans quel temple vas-tu prier ton dieu ?
Est-ce devant l'autel cathodique ou numérique ?
Ou bien dans un bar PMU et autre lieu
Où le Veau d'or te la fait dans le chimérique ?

Ces cloches qui sonnent, c'est ton glas que tu entends ;
Tu crois avoir le temps, qu'il n'est pas l'heure encore ;
Et pourtant, tu hâtes ta vie qui s'évapore.

Allez, précipite-toi ! Qu'est-ce que tu attends ?
Cours donc et tourne en rond tout autour de la terre ;
Qui es-tu ? Où vas-tu ? Dans quel état tu erres !

Le Spectre à trois faces

Dans le sablier du temps

Jusqu'à la goutte dernière


Blason de Hostovice (Slovaquie)

Chaque matin, les gens se jouent la même comédie ;
La tragédie, c'est qu'ils ne s'en rendent pas même compte !
Il n'est rien que l'on puisse faire, rien n'y remédie,
Car épaisse est la couche de ce qu'ils se racontent.

Même quand ils s'amusent, ils se prennent au sérieux.
Et s'il vous prend de rire de leur manière de rire,
Ils se fâchent et peuvent même devenir furieux.
Ils ont raison, cela ne prête guère à sourire.

Le sens de l'existence, chez Homo festivus,
Est tout entier confiné dans la vie ludique ;
C'est là, probablement, sa vision édenique.

Dès lors qu'il engendra Festivus festivus,
Nous sûmes qu'il n'y aurait plus de machine arrière
Et qu'il boira la lie jusqu'à la goutte dernière.

Le Spectre à trois faces

vendredi 9 novembre 2018

En écho à Dame de Genlis


On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement
et pas assez de ce qu’on voit tous les jours.


Félicité de Genlis (1746-1830)

Blason de Bolešov (Slovaquie)

Je fais miens de même les mots de Dame de Genlis*
Qui trouvent un écho singulier en notre époque
Que j'ai coutume d'observer par les interstices
Et qui cumule les tares de toutes, sans équivoque.

Elle s'intéresse à tout sans se soucier de rien,
Le monde et ses détails n'étant qu'une marchandise.
L'on fait du mal, sous prétexte de faire le bien,
Puis l'on court éteindre les feux que l'on attise !

L'on cherche la sensation et le sensationnel
Pour mettre des épices dans la pesante routine
Que génère un monde sec d'être trop rationnel ;

L'on s'émeut et verse des larmes sur le drame d'un seul,
Quand la mort d'une masse ne mouille pas même la rétine
Et que l'hiver d'oubli couvre de son linceul.

Le Spectre à trois faces


De l'étonnement


On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement
et pas assez de ce qu’on voit tous les jours.

Félicité de Genlis (1746-1830)

Blason de Fürstenstein (Bavière, Allemagne)

Ce propos, de la plume de Madame de Genlis,
M'inspire le suivant, que je mets en appendice.
Nous croyons que la vie nous est due,
Pensant que notre âme ne doit être rendue ;

Allant jusqu'à douter, pour beaucoup, qu'elle existe
(Une amnésie qui très étrangement persiste)
Et se voulant faire d'une évidence un débat.
Pourtant, s'il n'est pas d'en-haut, il n'est pas d'en bas,

Ce qui donne peu d'espace au regard sur le monde.
Une chiche hauteur donne aussi maigre profondeur
Et l'on a, d'une réalité plate, vite fait la ronde.

S'étonne-t-on, alors, à devoir combler le vide
Par des artifices dont bientôt lasse la fadeur,
Et que l'on veuille tout dévorer d'une bouche avide ?!

L'Abbé Théophile

jeudi 8 novembre 2018

Allégorie du Jardin de L’Âme (14)


Blason de Zadvarje (Dalmatie, Croatie)

Bakka


Lors que L’Ambre aura eu raison des volutes de l’encens, empourprées à La Roche suintante du désert voguant ; lors que les soupirs auront défait les langueurs de La Lune ; lors que L’Oiseau sera haut perché à la branche du bel été ; lors que les vagues auront achevé d’écumer tes pas en ce chemin de L’Âme ; lors que le parfum des muscs de l’automnal feuillage aura enveloppé de larmes l’incandescent voyage ; lors que les nuits révéleront les voix du non-désir, aux aspirations cruciales de la Vacuité ; lors que le sacrifice sera à La Béance, l’écorchure d’une semence avivée de braises nostalgiques ; lors que la pauvreté aura suffit pour te vêtir des voiles de la joie. Le Jardin sera tels les souvenirs au Silence de La Présence. Ce qui vient à toi est L’Echo de ta propre voix, et ce qui se dévoile est le Toucher de L’Imperceptible Rencontre au Regard de ton âme. Chacun nous faisons de la beauté des mains, ou bien nous sommes telle la fileuse qui défait sa quenouille, jusqu’à rendre son ouvrage laine cardée, rompant son serment en L’Êtreté. La Présence est au monde du Silence Vibratoire, et les paroles sont les tissages de ta conscience. Goûte à cet instant fécondé aux soupirs exhalés qui font le monde de ta création. Nulle concrétude si ce n’est en toi, et nulle abstraction si ce n’est en toi. Ne l’as-tu donc pas compris ? La séparation vient du seul fait que tu crois que je suis un autre que toi. Mais, je suis celui que tu vois. Je suis exactement tel que tu désires me voir. Telle est la transparence de mon miroir et tel est ce monde qui vient à toi. Je ne suis rien et je scrute en cette profondeur celle qui se révèle à ces yeux ouverts en Lui. Telle est La Paix et telle est La Lumière du Prisme primordial. Telle est La Beauté en l’épanouissement du cœur qui se donne en L’Unité.


Blason de Geisleden (Thuringe, Allemagne)


Le Périple nous conduisit, après la traversée du désert, jusqu’en un Lieu, que Les Anciens nomment Bakka. Le sanctuaire était ouvert au Ciel large des étoiles scintillantes. En ce Dôme, La Courbe naturelle devint une immense Arche d’Azur. Un léger vent faisait frissonner ces perles dansantes du firmament. Nous avions longtemps marché. C’est là que je vis La Dame au voile de lainage blanc, sufi, enveloppant tout son corps, résorbé aux teintes du désert éclatant de lumière. Celui qui connaît le désert, connaît La Maison. Tout est en ce Dedans qui nous étreint de la munificence et de la bonne intention. En cette étendue vierge, il n’est plus personne, et Lui avance en toi, en Sa toute Présence. Tu Le vois arriver de loin, et Il te prend dans Ses Bras de Reconnaissance. Il est Le Père de ton cœur, à droite, là où la vigilance et la quiétude sont omniprésentes, tandis qu’en ton cœur, à gauche, Il est La Miséricorde Matricielle, L’Etat d’Être en L’Absoluité de L’Union. J’ai su, par une sorte de confidence, que là coulent mille ruisseaux qui ont pour nom La Véridicité de L’Amitié. Il est une chevalerie qui ne jamais s’assèche et est irriguée continuellement par cette Source de La Bienfaisance. En cette Stabilité, Le Père te mande et te convie à L’Élévation Suprême. La Dame décline l’invitation et se retourne vers les gens qui la compagnent. Elle jette sur eux le voile de La Douceur. Puis s’allonge auprès d’eux et attend Le Grand Jour. Bakka lui parle en La Langueur de L’Amour et les effluves du soir lui sont des senteurs de Lumière.


Drapeau de la colonie rurale de Chichkansky (Tchouvachie, Russie)


Maison de L’Empreinte Originelle, combien de fois es-Tu venue, en Ton dénuement, et combien de fois m’as-Tu chantée L’Histoire des cœurs émus devant L’Édifice de L’Ouverture exponentielle ? Qui es-Tu ? Ô Lieu des Commencements sans fin ! Ô Lieu des parachèvements et de L’Élévation ! Je suis en toi, me réponds-tu avec la rondeur de L’Esprit. Ne l’as-tu donc pas compris, en ce miroir de La Complétude, en cette Terre miraculée des longs chemins de ta transformation ? Je t’ai offert La Main de L’Angle Yéménite, et en Lui, La Clef de Ta Contemplation. Sur toute chose, Je suis Celle qui tournoie, et Mes fondations cachent un autre Temple, Celui du Fils de La Pureté, Noble Oiseau des Synthèses de chaque maisonnée. En Lui, il est un Secret, Lieu de La Parole donnée en La Vassalité du Sacrifice, et près de Lui, Sa Noble Mère, issue d’une grande lignée et qui est de par Son Essence Celle qui donne à parcourir sept fois un chemin, entre le mont de L’Abondance nourricière (Marwa) et celui du mont de La Pureté (Safa). Elle est Le Désir du désir, Celui qui se révèle en Son Périple. En Son Cœur d’abnégation, il est aussi un chevalier. Telle est Son Humanité plénière, au goût d’une Source qui vrombit du Bouillonnant Amour, Eau de Source révélée sous les pieds de L’Enfant béni, dont Le Nom même est une Révérence en ce monde manifesté. Je suis toi, Ô Cœur de l’effervescence, Ô Véda ! Ô Imaginal en La Religion de L’Unicité ! Et J’ai semé discrètement en chacun de tes discours, les étapes du Chemin, Viatique de Ton Périple Secret. Des Mentions en toutes Choses, tu es enfin Le Quartz des Prismes et là où tu te trouves, c’est aussi là que Je suis. En tes yeux, Mes Yeux sont Le Regard de La Rencontre, Celle des Épousailles du Ciel et de La Terre, des Ombres et de La Lumière.


© Océan sans rivage, Allégorie du Jardin de L’Âme