Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


vendredi 18 octobre 2019

L'oncle


Peinture d'Eduard von Grützner (1846-1925)


L'oncle aimait tout ce qui se boit et se mange,
Mais sans aller à tout ce qui bouge, comme certains.
« Les produits de terroir suffisent, je m'en arrange,
D'autant qu'en cette matière-là, je sais mon latin. »

Nul ne lui aurait fait boire du lait d'Argentine,
Pas plus, d'ailleurs, que du vin de Californie.
Hors décembre, point d'orange ni de clémentines,
C'eût été, à l'égard des coutumes, un déni.

« Chaque chose en son temps, laissons les saisons se faire ;
La nature est parfaite, elle n'est pas à refaire.
Je ne tiendrais pas, sur les hommes, le même propos ;

Il y a longtemps qu'ils ont perdu la boussole.
Mais je les connais trop pour que je m'en désole ;

 Ils ont des vues de taupe et sont sourds comme des pots. »

Marc

jeudi 17 octobre 2019

Succube des mots *


Drapeau de Zaboryinskoye (Russie)


La publicité vide les mots de leur substance
Et se propose de nous aspirer le cerveau.
Cette homologue de la journalistique jactance
Nous veut faire de sa creuse religion les dévots.

Cette succube nous dévore l'esprit autant que l'âme,
Faisant feu de tout bois et tirant les marrons.
En affaires, dit-elle, rien n'est vil, rien n'est infâme ;
Les bonnes occasions font aussi les bons larrons.

De sa bouche carnassière ne sortent que des blasphèmes
Car le Veau d'or est brochant sur tous ses emblèmes,
Avec pour devise : travaille, consomme et tais-toi !

Telle est de cette prostituée l’œuvre perverse
Car il n'est valeur qu'elle ne détourne et renverse.
De rien ne se retient, sur rien ne s'apitoie.

L'Abbé Théophile



* Succube des mots... Nous tenons cette expression d'Océan sans rivage 
à qui elle fut soufflée au cours d'un songe.

Des idées et des idéologies


Blason de Schonnebeck in Essen (Rhénanie du Nord-Westphalie, Allemagne)


Entre les idées et les idéologies
Qui naissent de leurs applications dans le réel
Et dont aucune ne mérite une apologie,
Étant toutes à jeter aux orties, sans appel,

Il peut y avoir des univers d'écart.
Si vous donnez une bonne idée à une âme grise,
De deux choses l'une : ou elle la mettra au placard,
Ou elle vous la retournera comme une chemise.

Toute idéologie tend au totalitaire,
Se voulant, avec obsession, contrôler tout ;
De ce fait, elle est aussi concentrationnaire,
Se voulant étouffer toute dissidence, surtout.

D'une pluralité, elle s'accommode par défaut ;
L'on voudrait une démocratie sans alternance ;
L'adversaire ayant tort d'office et donc tout faux,
L'on peut, d'une fonction, assurer les désinences.

Sous couvert de valeurs, chacun défend sa place ;
La soupe est bonne, l'on se pousse au portillon ;
Il vaut mieux rouler en première qu'en seconde classe ;
L'on a son cocher, aux autres le postillon !

L'Abbé Théophile


mercredi 16 octobre 2019

Autophagie


Blason de Jarjayes (Hautes-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur)


La société moderne détruit tout ce qu'elle touche
Puis, le mal fait, veut faire passer pour un progrès
Sa réparation et, de fait, ajoute une louche
Au tout-technique, en se redorant le portrait.

Le serpent se mange par la queue jusqu'à la tête
Et il n'est rien qu'on puisse faire pour l'en empêcher.
Plus les choses se dégradent, plus le système s'entête,
Se pensant que la science le viendra repêcher.

Voici une société prétendue rationnelle
Qui s'accroche ferme à sa croyance irrationnelle
Au dogme absurde d'une croissance illimitée,

Accélérant le processus autophagique *
Par un consumérisme quasi névrotique
Qui plonge le monde entier dans la servilité.

L'Abbé Théophile


D'une escroquerie consentie


Blason de Merijärvi (Ostrobotnie du Nord, Finlande)


L'on pourrait parler de tout autant que de rien ;
C'est ce que font, je crois, la plupart des personnes :
Des propos sans queue ni tête et sans aucun lien ;
Des bruits de bouche dont l'écho dans le vide résonne.

La société moderne est bavarde à souhait,
Ce qui en révèle l'absence de vie intérieure ;
C'est pour l'homme de silence une véritable plaie ;
Du jamais vu dans aucune époque antérieure.

L'une des plus grandes escroquerie de notre temps
Est de faire croire aux gens qu'ils ont des choses à dire,
Mais sous la condition de ne pas contredire

La pensée autorisée, jamais, pour autant
Qu'on puisse parler de pensée dès lors qu'elle s'impose ;
Bien au contraire : c'est le cerveau que l'on dépose !

L'Abbé Théophile

À la Saint-Gall


 
Blason de Roucy (Aisne, Picardie)

De gueules à la cotice en barre d'argent chargée de dix fleurs de lys de sable posées dans
le sens de la bande, accompagnée en chef d'un chou d'or et en pointe d'un lion d'argent.


Le dicton du jour : coupe ton chou à la Saint-Gall
Et ce sera pour tout l'hiver un vrai régal ;
Par contre, si le saint coupe ton raisin, prends garde :
Tu n'auras qu'une piquette au lieu d'un vin de garde.

Le calendrier marque aussi le nom d'Edwige
Qui est en Pologne une sainte de haut prestige.
Deux jours plus tard, le dix-huit, viendra la Saint-Luc
Où le jus de betterave, dit-on, devient suc.

Il est suivi, de très près, par la Sainte-Ursule (1)
Où, selon les éphémérides, le froid recule ;
Mais sitôt que Jude et Simon seront passés, (2)

L'hiver, petit à petit, se mettra en place
En aiguisant, sous le manteau, ses griffes de glace.
Plus d'une pauvre bête s'en trouvera terrassée.

Marc


(1) et (2) Successivement, les 18 et 21 octobre.

La roue tourne, implacable


Blason de l'Eichsfeld (Basse-Saxe, Allemagne)


Que reste-t-il de la prestigieuse Babylone
Et de la merveille de ses jardins suspendus ?
De pauvres vestiges que le désert environne
Et quelques objets dans les musées répandus !

Le monde a vécu pendant des siècles sous Rome
Dont personne, alors, n'eût imaginé la fin.
Que reste-t-il des cours et de leur décorum
Effacés de la mémoire jusqu'à ses confins,

Quand même ces vanités renaissent sous d'autres formes ?
La roue du temps est une broyeuse implacable
Qui réduit les plus hautes montagnes en sable.

Un empire disparaît, un autre se reforme ;
Mais le jour même où il atteint son apogée,
Le voici déjà à creuser son hypogée !

L'Abbé Théophile

mardi 15 octobre 2019

Translation


Blason de la famille de Roquefeuil Blanquefort (Guyenne et Rouergue)


La conscience est degré et force de Lumière
Et c'est elle seule qui dilate ou qui étrécit ;
Elle peut voir mille fois une chose comme une fois première
Ou alors jeter sur tout un voile d'amnésie

Qui est d'une majorité la commune pratique.
Elle a pour effet d'établir toute relation
Sur le mode de l'acquis, donc d'un état statique
Auquel l'on pense échapper par la translation.

Le consumérisme illustre bien la chose :
En ce, d'abord, qu'il parachève l'éclatement
Des sociétés humaines et leur délitement ;

D'où le bougisme général, à très haute dose,
Qui transforme notre planète en parcs d'attractions
Dirigés par des esprits de basse extraction.

L'Abbé Théophile

Chaque instant est un commencement


Blason de Saraktashsky (Russie)


Le simple fait d'être en ce monde des passants
Nous donne à le voir d'une autre manière ;
Mais une chose ne se révèle qu'en la dépassant (1)
Car seule la hauteur en offre une vue plénière.

L'ici-et-maintenant n'est pas une claustration,
Telle que l'est, d'emblée, l'illusion du carpe diem, (2)
Qui n'en a ni la concrétion ni l'abstraction,
Mais la porte et la clef d'accès à tous les schèmes. (3)

Telle est la réalité de l'impermanence
Que rien, absolument, n'y peut-être acquis,
Ni rien, dès lors, définitivement conquis.

Ce n'est pas la chose qui inspire la permanence
Mais bien, sans cesse renouvelé, l'étonnement
Qu'elle suscite. Chaque instant est un commencement.

L'Abbé Théophile


(1) Au sens de transcendance et donc en voyant la chose au-delà de son apparence immédiate, c'est-à-dire de sa réalité composite et transitoire. Mais comme rien n'est chose-en-soi, cette vision "au-delà" ne peut porter que sur son principe de manifestation.

(2) Au sens proprement hédoniste et donc réducteur du terme, tel que l'illustre Homo festivus.

(3) Au sens d'archétype, que nous relions ici à l'acception kantienne de procédé actif, c'est-à-dire un moyen par lequel un concept pur devient effectif par l'implication d'une intuition.

lundi 14 octobre 2019

Le chant de la mer


Blason de Primorsky (Crimée, Russie)


                                 Sifflant dans les haubans c’est le chant de la mer
                                 Sauvant nos cœurs noircis par le chant de l’amer.
                                 Buvons l’eau d’océan, l’eau de la vie aimante,
                                 L’eau prise à l’origine où la Source clémente
                                 Naquit et renaquit en nous et dans nos cœurs,
                                 Diluant notre égo, ses peurs et ses rancœurs.
                                 Le voile de l’obscur ne permet plus à l’homme
                                 De la voir, de la boire, au soir de son royaume.

                                 Sifflant dans les haubans c’est le chant de la mer
                                 Sauvant nos cœurs noircis par le chant de l’amer.

                                 Voguons heureux et fier dans le vaisseau d’harmonie
                                 Vers un futur commun, sortons de l’agonie
                                 De ce monde en lambeau soumis par les égos
                                 D’individus perdus se croyant tous égaux,
                                 Quand la minorité les consomme et consume
                                 Leur âme de désir dans une épaisse brume.

                                 Sifflant dans les haubans c’est le chant de la mer

                                 Sauvant nos cœurs noircis par le chant de l’amer.
                                 Regardons en nous Lui pour vaincre l’adversaire
                                 Et nous laisser bercer de Lumière sincère.
                                 Océan sans rivage à l’aube du Réveil
                                 Ton chant fut sans arrêt notre source d’Éveil,
                                 Lotus né de la vase éclos et clos cette ère.
                                 Bientôt l’Amour de Dieu ne pourra plus se taire !

Florian

dimanche 13 octobre 2019

La Vache et le Cerf


Blason de Kotkinsky (Russie)


Un soir, un cerf fut à paître près d'une pâture
Où l'herbe était bonne et grasse d'un trèfle fleuri.
Une vache s'en montra curieuse derrière sa clôture,
La chose n'étant pas coutumière en cette prairie.

« Messire, vous me faites l'honneur de votre présence
Et je le vis comme la plus insigne faveur ;
Lors, quoique jouissant ici des meilleures essences,
Il me semble que l'herbe a gagné en saveur.

Comparées à vos bois, mes cornes font pâle figure
Car je ne sache, que la vôtre, plus belle parure ;
Mais d'un peu partager mon humble quotidien

Me le donne à voir sous une tout autre couture.
– L'amie, ce n'est pas le rang qui donne la stature ;
Un homme de bien n'est pas d'emblée un homme du bien. »

Marc