Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


jeudi 15 février 2018

Les sept armes du chevalier - L'écu


 
Blason du District de Trakai (Lituanie)

     Il est une historicité de la chevalerie qui renvoie à un statut établi et codifié selon des règles très précises, au sein d'une époque et de sociétés marquées par des événements et des personnages dont les hauts faits nous sont rapportés par les chroniqueurs et les historiographes.
     L'âme chevaleresque transcende le simple état de chevalier et ses fonctions féodales et militaires inscrites dans l'ordre social d'un temps donné. Si elle fut parfois aventurière et courtoise, porteuse d'épopées et d'idylles, elle demeure surtout rattachée à l'idée de quête et c'est là qu'elle révèle sa véritable nature et sa dimension réelle : la vie spirituelle. Les péripéties contés par les récits et les légendes ne sont alors que les allégories de cette quête intérieure et proprement initiatique de l'âme questionnante et cheminante, partie à la quête du saint Graal, c'est-à-dire d'elle-même car, non seulement c'est là qu'est la coupe d'immortalité, mais elle est elle-même cette coupe qui symbolise l'esprit passé d'une conscience linéaire et frontale (duelle et oppositive) à une conscience verticale et ouverte (conciliante, convergente et unifiante) devenue ainsi le réceptacle de la Lumière (l'eau de Jouvence) qui l'emplit et la traverse. Mais ce n'est pas sans épreuves car il faut d'abord terrasser le dragon de la résistance (la Matière opaque, c'est-à-dire la conscience séparée et centrifuge) et passer par le feu dévorant mais épurateur et purificateur. Ainsi la quête du chevalier est-elle apparentée à celle de l'alchimiste. C'est l'histoire d'un travail (l'Oeuvre) sur soi-même en soi-même car Tout est Là et nulle part ailleurs.


Blasons de la famille Wappmann (Bavière, Allemagne) et du Powiat de Mikołów (Silésie, Pologne)

     L'écu est en quelque sorte un viatique qui recueille et symbolise les outils du chercheur, c'est-à-dire les valeurs essentielles (Essence Ciel) qui lui offrent un cadre autant qu'un fil d'Ariane et sur lesquelles il va s'appuyer. Il représente donc aussi la protection intérieure et prend littéralement valeur de mandala, c'est-à-dire d'une figure de Rappel. Ainsi, outre d'être une arme de défense dans l'équipement du chevalier, l'écu conjugue deux fonctions essentielles : l'une, exotérique, qui est la reconnaissance et l'autre, ésotérique, qui est la Connaissance.


 
Blason de Belgorod (Russie)

D'un écu, tu partages le champ en partitions,
De sorte à marquer tes intérieurs territoires
Dont chacun aura une couleur d'attribution,
En lien avec ton ascendance qui fait ton histoire.

C'est sur ces fondations qu'alors tu poseras
Les symboles qui porteront tes valeurs premières
Nourries par une foi que point tu n'abjureras,
En la Tradition et ses règles coutumières.

Si tu prends une Aigle, c'est pour sa vue perçante ;
Un Lion te prêtera sa force rugissante ;
Le Griffon te donnera les deux en union

Et sera le gardien de ta double nature :
Humaine et vouée à la divine légature.
L'écu sera de ton flanc la sûre protection.

Marc

 
Blason de Krasnasielski (Biélorussie)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire