Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


vendredi 13 octobre 2017

Poésie héraldique allemande - Borken


Blason de Borken (Hesse, Allemagne)

Auf blauem Grunde, goldgekrönt, der silber-und rotgestreifte hessische Löwe.
                                         
                                         So zartes Spielwerk hat wohl nur die eine,
                                         Der Königstochter müde Hand, berührt,
                                         Das kühle Silber fröstelnd scharf gespürt
                                         Und wundersam die rotgeäugten Steine,

                                         Darin ein Gnom zu glastend düstrem Scheine
                                         Vertropften Wollustfunken einst geschürt
                                         Und deren Fruchtschmelz zum Genuß verführt
                                         Wie Kirschen und rubinenfarbne Weine.

                                         Ein Palisanderkästchen, alt, zerschrammt.
                                         Auf Schloß und Pforte starrt der kleine Leu:
                                         Schon schnappt es über ihn wie Maul und Zähne.

                                         Nun hockt er sinnend tief im blauen Samt
                                         Und zieht die Pranke an und sinnt aufs neu.
                                         Und hebt das Krönlein zitternd aus der Mähne.

1 commentaire:

  1. C'est seulement la main lassée de la princesse
    Qui put toucher ici l'assemblage subtil ;
    Sentir alors l'argent froid comme du grésil
    Et du rouge oeil de pierre estimer la richesse.

    D'un gnome, à l'intérieur,la translucide adresse
    Déborde en volupté, mais qui n'a rien de vil :
    Comme d'un fruit sucré le nectar volatil,
    Comme le raisin mûr, cerise que l'on presse.

    La caisse en palissandre, antique et fatiguée,
    La petite personne aperçoit, intriguée
    La serrure et la porte à sa vue se fermant

    Alors il s'accroupit dans la fange azurée
    Et rumine en son coeur des pensées mesurées,
    Découronnant son chef en un geste charmant.

    RépondreSupprimer