Décryptage et Revalorisation de L'Art de L’Écu, de La Chevalerie et du Haut Langage Poétique en Héraldique. Courtoisie, Discipline, Raffinement de La Conscience, état de Vigilance et Intention d'Unicité en La Fraternité d'un Nouveau Monde !


mardi 14 août 2018

De la Solitude (7)


Blason de Tornesch (Schleswig-Holstein, Allemagne)

La Contemplation en ce Regard rendu Témoin par un effet de La Volonté Seigneuriale n’est rien autre que L’acte des yeux du Cœur qui en ce support de La Descente, en Le Kun Fa Ya Kun, fait acte de Réponse. Voilà pourquoi il est dit que Dieu est proche de Son serviteur et qu’Il répond à son appel, lors que le serviteur est prié de répondre à L’Appel du Seigneur. Telle est la position de celui qui entend. La Hiérarchie conscientisée est à donner La Parole en Le Support, ou Voile qui occulte de par La Bienséance et La Convenance. Or, Lui-même s’occulte. Lui-même donne à ce Voile de La Distinction respective qui est La Seigneurie en la Vassalité du Sceau des Réalités. Sache, Ô Ami, qu’il est un Espace vénérable et Lui-seul en donne l’accès, car Il répond à La Supplique de L’Indigent. La Vision en L’Absoluité est en La Descente à donner à cet indigent La Reliance et La Cohérence de son existenciation, lors que Le Seigneur n’est ni engendré, ni engendrant. Être en La Proximité relève d’une pure faveur et nul ne peut s’approprier les fruits de L’Arbre. Il donne à La Question intime Son Origine et l’unifie à La Sagesse de ton apparition au monde. Qu’est-ce donc que L’Adoration ? C’est en l’ignorance révélée que Lui est donné, en ce qui subsiste et en ce qui n’est pas altéré. Il est L’Accueillant au Retour. Il est Celui qui ne jamais ferme les portes. Il est Celui qui appose Le Sceau depuis Le Souffle de La Primordialité. Il est Celui qui en cet Espace Vénérable ouvre large Les Mains et dit : demande-Moi. Or, il n’est de demande formulée qu’en Sa Formulation préalable. La préoccupation est telle qu’elle n’est jamais dissociée du Souffle. En ce désir de La Mort, il est une preuve en L’Épreuve. Mais sache, Ô lecteur, qu’il n’est nullement question de mort parce que l’on désire fuir, mais plutôt parce qu’en cette mort est l’affirmation de la vie intérieure et unitive. La Victoire ne réside pas dans le fait d’une réalisation de l’Être, mais en L’Ouverture, comprends-bien. Car L’Être est en Son Absoluité absolue. S’il est une absoluité en notre cheminement, elle est dans le fait même de voir La Porte ouverte : Béance rendant accessible à L’Esprit son itinérance consciente et verbalisée. Contempler est à La Fois, Réminiscence actualisée et Paroles retrouvées. Lors, Le Silence est traduisible. L’Illusion est en l’appropriation. Or, Reliance est acte de Reconnaissance en La profession de foi conscientisée du Retour en Le Vivant. Il n’est d’esseulement qu’en l’apparence et La Proximité se manifeste par La Révérence en La Lumière de L’Amour. Il n’est pas un instant d’absence en Lui. Lors qu’Il s’occulte, Sa Présence est en L’Acte du support matriciel. La Paix vient du fait que le cœur entre en La Glorification occulte, Lui en Lui. Tel est L’Espace Vénérable du Sacré en toute chose. Car, toute Chose est en Sa Lumière et Sa Lumière est en toute Chose.
Et Dieu est plus Savant…

Océan sans rivage


             De La Solitude 1                  De La Solitude 2                           De La Solitude 3

             De La Solitude 4                      De La Solitude 5                          De La Solitude 6

Se lit aussi sur Naissance et connaissance

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire